UCB plus fort que Novartis

Le pic des ventes du bimekizumab pourrait s'élever entre 1,5 et 2 milliards d'euros, selon des analystes.

Le bimekizumab d'UCB a démontré sa supériorité face au médicament de Novartis dans le traitement du psoriasis.

UCB a dévoilé, ce vendredi matin, des résultats positifs pour la phase IIIb de son essai clinique BE RADIANT comparant son produit, le bimekizumab, au Cosentyx de Novartis dans le traitement d’adultes atteints de psoriasis, une maladie de la peau.

En juin dernier, UCB avait déjà signalé que deux essais clinique de phase III testant ce traitement avaient démontré son efficacité. Les patients souffrant de psoriasis et traités par le bimekizumab avaient présenté une disparition significative des lésions ("skin clearance") comparé à ceux ayant reçu le placebo ou du Stelara.

1,5 à 2 milliards d'euros

Avec l’essai BE RADIANT qui comptait 743 participants, le bimekizumab a montré sa supériorité face au médicament existant de Novartis affirme UCB dans un communiqué. Les deux molécules reposent sur un mécanisme de fonctionnement assez similaire. À la 16e semaine et à la 48e semaine, une disparition totale des lésions été observée et aucun signal de sécurité n’a été constaté.

Pour les analystes financiers, le bimekizumab pourrait, dans toutes les affections envisagées, générer un pic des ventes compris entre 1,5 et 2 milliards d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés