Une amende d'un million d'euros pour obstruction à MediCare-Market

©Dieter Telemans

L'Autorité de la Concurrence sanctionne l'Ordre des pharmaciens pour ses tentatives d'entrave au développement de la chaîne MediCare-Market, voire même pour l'évincer carrément du paysage pharmaceutique belge.

Un million d'euros d'amende: l'Autorité belge de la Concurrence a eu la main lourde pour l'Ordre des pharmaciens, sanctionné pour entrave au développement du groupe MediCare-Market, le groupe qui chapeaute la chaîne de supermarchés de pharmacie et parapharmacie Medi-Market.

La sanction, qui correspond au chiffre d'affaires annuel moyen d'une des quelque 5.000 pharmacies du pays, est déjà en soi de nature à marquer les esprits. Mais c'est surtout dans ses attendus que l'Autorité de la Concurrence a la dent dure. En substance, il reproche à l'Ordre des pharmaciens d'avoir multiplié les actions disciplinaires et judiciaires dans les seuls buts "d'évincer le modèle MediCare-Market ou d'empêcher son développement ainsi que celui de business modèles comparables".

Les décisions du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens sont à ce point nocives au bien-être du consommateur et à la concurrence tarifaire, qu’elles constituent des infractions graves au droit de la concurrence.
Autorité de la Concurrence

"Les décisions du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens sont à ce point nocives au bien-être du consommateur, et notamment à la concurrence tarifaire (sur le prix de vente des médicaments) et non tarifaire (sur l’innovation), qu’elles constituent des infractions graves au droit de la concurrence", peut-on lire dans le communiqué diffusé par le régulateur.

Le Collège de la Concurrence précise que l'Ordre des pharmaciens "s’est opposé au développement du groupe MediCare-Market en décidant notamment de saisir, en octobre 2015, tous les conseils disciplinaires alors concernés par l'ouverture d’une enseigne  MediCare-Market et d’intenter, parallèlement, une action judiciaire en cessation, en invoquant pour l’essentiel l’existence d’une confusion entre les pharmacies et les parapharmacies du groupe".

La sanction rendue publique ce mercredi confirme l'avis présenté fin mai par l'auditeur de l'Autorité de la Concurrence. Cette dernière rappelle que le secteur de la pharmacie est un marché fortement régulé dans lequel la concurrence par les prix entre acteurs traditionnels est réduite. Or, "l'entrée sur ce marché de nouveaux acteurs, tels que MediCare-Market, devrait permettre à la concurrence de s'intensifier", souligne le régulateur dans son communiqué.

Pas d'ingérence

Inutile de dire que du côté de Medicare-Market, on se félicite de ce verdict. "Cette décision nous permettra de démontrer que nous proposons un modèle économique bénéfique pour le patient", souligne son CEO, Yvan Verougstraete. Pour lui, le code de déontologie dont se prévaut l'Ordre des Pharmaciens doit avant tout être basé sur la santé publique et la protection des patients". Sous-entendu, sans ingérence dans les modèles économiques mis en place par de nouveaux acteurs comme Medi-Market.

Le groupe MediCare-Market, qui compte aujourd'hui 32 magasins - dont 16 pharmacies - et emploie près de 400 personnes, reçoit ainsi un coup de pouce du régulateur. De quoi lui permettre d'assouvir ses ambitions d'ouvrir cette année une quinzaine de points de vente et de porter son chiffre d'affaires autour de 130 millions d'euros. 

Du côté de l'Ordre des pharmaciens, c'est la soupe à la grimace. Il rappelle, dans un communiqué, que sa création est une initiative des autorités qui lui ont donné comme mission "de s'occuper de l'intérêt public dans le domaine de la santé".

"La décision du Collège de l’ABC qui vient d’être communiquée semble considérer que l’action de l’Ordre des Pharmaciens a excédé ce cadre ce que l’Ordre conteste. L’Ordre va analyser plus avant cette décision avec ses avocats afin d’évaluer les options envisageables", explique Bernard Pirotte, président de l’Ordre.

Dans l'intervalle, il affirme que l'institution continuera d'accomplir sa tâche pour "garantir des soins pharmaceutiques de qualité" sans remettre toutefois en cause "la libre concurrence et la libre circulation des services". 

"Nous cherchons en permanence 5 ou 6 pharmaciens"

A l'instar des pharmacies en ligne du type Newpharma, la chaîne Medi-Market connaît depuis ses débuts des difficultés relationnelles avec l'Ordre des Pharmaciens. Qu'elle accuse de déployer toutes les stratégies possibles pour dissuader les pharmaciens de venir travailler dans ses officines.

"Recruter des pharmaciens reste très compliqué pour nous. Nous sommes en permanence à la recherche de cinq ou six pharmaciens", souligne Yvan Verougstraete, le CEO du groupe MediCare-Market.

Le handicap est d'autant plus rédhibitoire que la chaîne, qui possède déjà 16 pharmacies, entend bien continuer à s'étendre. 

Pour contourner l'obstacle, l'enseigne n'a pas d'autre solution que de proposer aux candidats potentiels un salaire un peu plus élevé qu'en officine.

L.V.D.


Pas de confusion des genres

L'Ordre des pharmaciens avait tenté de s'opposer au développement de la chaîne, apprend-on encore, en invoquant une confusion entre les pharmacies et les parapharmacies du groupe. Des actions en justice avaient également été intentées. Pour l'autorité de la concurrence, il a surtout agi dans un but économique avec l'intention d'évincer un "modèle de distribution innovant". Il s'agit donc d'une violation de la jurisprudence et du droit de la concurrence établis aux niveaux européen et belge.

Notons que le montant de l'amende est fixé en fonction du chiffre d'affaires réalisé par les pharmacies belges sur l'ensemble du territoire national. "Le Collège a estimé qu’une amende d’un million d’euros suffit pour tenir compte de la gravité de l’infraction constatée et présenter un effet dissuasif, sans présenter un caractère excessif", conclut le communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect