Univercells séduit de nouveaux investisseurs pour ses futurs projets

©Anthony Dehez

La biotech carolo, qui avait reçu un don de la Fondation Gates il y a douze mois, procède à une augmentation de capital de 3 millions d’euros. De quoi soutenir les nouvelles plateformes pour la production de traitements moins coûteux contre les cancers et les maladies orphelines. 

Douze mois, jour pour jour, après avoir reçu un important financement de la part de la Fondation Bill & Melinda Gates, Univercells a annoncé vendredi avoir procédé à une augmentation de capital de 3 millions d’euros. La société créée par Hugues Bultot et José Castillo accueille une douzaine de nouveaux investisseurs privés: des cadres américains et européens issus des industries du développement d’équipements et des vaccins, rejoints par des entrepreneurs belges. Il y a deux ans, la petite biotech de Gosselies avait déjà séduit le laboratoire japonais Takeda, premier groupe pharmaceutique d'Asie. Celui-ci avait injecté en 3 millions d'euros, mettant la main sur un peu moins de 20% du capital de l’entreprise. 

3 millions €
Augmentation de capital
Univercells a annoncé vendredi avoir procédé à une augmentation de capital de 3 millions d’euros.

Cette nouvelle levée de fonds est destinée à soutenir les autres projets qu’Univercells développe parallèlement à sa plateforme de production pour le vaccin antipolio soutenu par la Fondation Gates. Une autre "micro facility" est en effet en cours de développement pour la production d'anticorps monoclonaux contre les cancers et d’autres molécules destinée aux maladies orphelines. Toujours avec le même souci: réduire considérablement les besoins en infrastructure, afin de diminuer les coûts des traitements de façon drastique. 

Indépendamment du projet polio, la plateforme "vaccins" de la biotech wallonne est déjà à elle seule promise à un bel avenir. Des maladies éradiquées chez nous, comme la rage, ou considérées comme bénignes, à l'instar de la rougeole, continuent en effet à tuer dans les pays en développement. Les vaccins existent, mais restent chers pour ces Etats désargentés.  

Des solutions bon marchés

L’autre plateforme développée par Univercells pourrait quant à elle intéresser les pays industriels. Les traitements de certaines maladies auto-immunes sont en effet hors de prix, même pour les Etats les plus riches. Idem pour les cancers, où les anticorps monoclonaux ne viennent parfois qu'en traitement de seconde ligne tant ils sont onéreux.  

L’évolution vers les solutions bon marchés proposées par Univercells pourrait bousculer l'industrie pharma dans les prochaines années, et pas seulement dans les pays du sud de la Planète. Il y a désormais en effet une volonté d’abaisser les coûts des traitements et vaccins, notamment parce que les systèmes de sécurité sociale supportent de moins en moins les prix affichés par l’industrie pharma.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content