Aquilon Pharma lève 6,6 millions contre l'asthme

©Photo News

La biotech liégeoise veut lancer d’ici trois ans des essais cliniques pour des traitements contre l’asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

La jeune société liégeoise Aquilon Pharma, qui développe des traitements innovants contre l’asthme et d’autres maladies respiratoires, vient de lever 6,6 millions d’euros pour le développement clinique de ses produits.

Le tour de table a réuni, outre des investisseurs particuliers pour 1,2 million d’euros, le Fonds SCALE1 (Be Angels), des investisseurs publics tels que Sambrinvest (550.000) et Spinventure (450.000) ainsi que l’incubateur WBC (Wallonia Biotech Coaching). Dans les investisseurs privés, on retrouve notamment Jean-Pierre Delwart, le fonds So Impact (familles Dallemagne, Bosquin…) ou Jean-Paul Lacomble. Cette levée est complétée par un emprunt de 500.000 euros.

À cela il faut encore ajouter deux aides de la Région wallonne (3,4 millions), dont une avance récupérable et un subside pour la recherche fondamentale.

En outre, précise Aquilon, un montant de 1,2 million peut être attendu dans le cadre d’un projet Win2Wal. Ce programme vise à financer des projets de recherche innovante ayant un haut potentiel de valorisation dans des thématiques liées à des besoins stratégiques industriels.

Un excipient

Spin-off de l’Université de Liège, Aquilon Pharma a été mise sur pied fin 2013 sur base des travaux des Professeurs Didier Cataldo et Brigitte Evrard. Ceux-ci avaient remarqué qu’un excipient inoffensif (la cyclodextrine) utilisé pour augmenter l’efficacité des principes actifs était également efficace contre l’asthme et offrait une réelle synergie avec les molécules thérapeutiques véhiculées.

Cette découverte permet de relancer les possibilités commerciales de produits qui ont peu évolué ces dernières décennies: en forme pulmonaire, il n’y a pas eu de nouvelle classe thérapeutique depuis longtemps, à l’exception des asthmes très sévères.

La biotech liégeoise a donc entrepris de développer de nouveaux médicaments en reformulant des molécules déjà commercialisées. L’amélioration pharmacologique porte sur une meilleure biodisponibilité locale de la molécule, induite par une meilleure déposition pulmonaire.

Un deuxième site

"Après le dépôt d’un brevet et une première levée de fonds, nous avons fait les travaux nécessaires pour montrer qu’on pouvait aller en clinique, explique Paul Maes, le CEO de la biotech. Ces travaux ont mené à l’actuelle levée de fonds pour faire la preuve clinique de l’efficacité des complexes que nous faisons."

Aquilon Pharma a déjà soumis 8 brevets de portée mondiale. Le brevet américain a été délivré en juin 2018. La spin-off est aujourd’hui prête à entrer en phase I/IIa de développement clinique. "On va avoir deux études cliniques sur deux complexes différents d’ici trois ans", précise Paul Maes, pharmacien spécialisé en engineering chimique et qui a travaillé pour le groupe SMB-Galephar. Les indications visées sont l’asthme et la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive).

Aquilon Pharma occupe actuellement 6 personnes, un nombre qui devrait doubler à court terme, selon Paul Maes. À moyen terme, la société prévoit d’occuper une cinquantaine de personnes en Wallonie. Située dans le centre de Liège, la biotech devrait se doter d’un deuxième site à Charleroi dans le Biopark à Gosselies.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content