Aquilon Pharma va tester son traitement respiratoire contre le Covid-19

Paul Maes et Damien Thiéry, respectivement CEO et COO d'Aquilon Pharma. ©Debby Termonia

La biotech liégeoise Aquilon va entamer une étude clinique de phase II pour évaluer contre le Covid-19 son traitement destiné à d'autres maladies respiratoires.

Un nouvel espoir de traitement contre le Covid-19 apparaît, et cet espoir est belge: la biotech liégeoise Aquilon Pharma, spécialisée dans les remèdes contre l’asthme et d’autres maladies respiratoires, va entamer d’ici peu une étude clinique de phase II pour les malades admis à l’hôpital en détresse respiratoire aiguë à cause du coronavirus. 

Un total de 99 patients adultes hospitalisés à cause du Covid-19 seront inclus dans cet essai clinique randomisé en double aveugle, qui sera mené au CHU de Liège et éventuellement dans un deuxième grand hôpital de la région liégeoise, voire un troisième centre hospitalier à l'étranger. Les patients recevront en inhalation soit deux dosages différents du traitement d'Aquilon, soit un traitement placebo pendant 28 jours. Elle comportera trois volets, portant sur l'évaluation thérapeutique des patients qui se trouvent en soins intensifs, dans les unités de soins respiratoires et rentrés en convalescence.

Un excipient

Le traitement en question est en développement depuis plusieurs années par la spin-off de l'ULiège afin de combattre les maladies respiratoires aiguës, à savoir l’asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Il est basé sur les travaux des professeurs Brigitte Evrard et Didier Cataldo, qui avaient découvert qu’une molécule anti-inflammatoire, le budésonide, gagnait fortement en efficacité lorsqu'elle est combinée avec la cyclodextrine, un excipient inoffensif qui permet à la molécule d'aller beaucoup plus loin dans les bronches, là où se situe l'inflammation. La biotech wallonne vient de lancer une autre étude clinique de phase II, également en Belgique, pour tester ce complexe contre l’asthme.

"Le complexe a montré une activité sur les neutrophiles, ces globules blancs hyper agressifs."
Paul Maes
CEO et président d'Aquilon Pharma

Si plusieurs vaccins contre le Covid-19 ont été mis au point en un temps record, le monde médical est en revanche toujours dans l'attente de traitements efficaces. De gros espoirs reposent sur les anticorps monoclonaux, mais ces anticorps produits en laboratoire, qui ne sont pas encore autorisés en Belgique, sont très chers et seront probablement réservés aux patients immunodéprimés.

Des essais avec le budésonide

Si l'étude clinique confirme les espoirs placés dans le traitement d'Aquilon, celui-ci "pourrait remplacer avantageusement la dexaméthasone, qui comprend toujours des effets secondaires" estime Paul Maes, le CEO d'Aquilon Pharma, qui rappelle que le budésonide, un corticoïde inhalé, a déjà été testé en monothérapie contre le Covid, avec de bons résultats, lors de différents essais. En association avec la cyclodextrine, son efficacité serait donc encore largement renforcée contre le Covid. "Le complexe a par ailleurs montré une activité sur les neutrophiles, ces globules blancs hyper agressifs responsables des complications sévères. On peut les ralentir chez les patients qui ne contrôlent plus leur immunité. On les seuls à avoir cela", fait encore valoir Paul Maes.

"La cyclodextrine bouleverse complètement la théorie pour les maladies respiratoires."
Damien Thiéry
Chief operating officer d'Aquilon

"On pourra aussi donner cette médication en amont, en prévention de risque de surinfection ou d’exacerbation du Covid. Ce qui veut dire que les patients ne devront plus être hospitalisés", ajoute pour sa part Damien Thiéry, le chief operating officer de la société. "Notre complexe pourrait également être administré à ceux qui auront terminé leur hospitalisation, comme traitement d’entretien". Selon lui, "la cyclodextrine bouleverse complètement la théorie pour les maladies respiratoires. Ce qu’on développe ici, c'est ce que les pneumologues attendent depuis 10 ans."

Premiers résultats fin juin

L'étude clinique sur le Covid-19 devrait être terminée avant celle sur l'asthme, qui sera plus complexe. Les premiers résultats seront attendus pour fin juin. Les conclusions globales portant sur les trois volets de l’étude seront connues dans le courant du dernier trimestre de cette année. Pour une éventuelle phase III, Aquilon devra rechercher un ou plusieurs partenaires internationaux.

20
millions d'euros
La biotech va lancer d'ici la fin de l'année une levée de fonds, avec l'objectif de collecter une vingtaine de millions.

Côté ressources financières, la biotech va lancer d'ici la fin de l'année une levée de fonds, avec l'objectif de collecter une vingtaine de millions début 2022. Pour ne pas ralentir ses travaux, elle a eu recours à un financement relais (bridge) de 1,7 million, en deux parties. Elle vient par ailleurs de signer pour l'utilisation de deux salles blanches au WSL Labs, l'incubateur d'entreprises situé au Liège Science Park. Côté personnel, après l'arrivée en 2019 de Damien Thiéry – l'ancien parlementaire a fait une grande partie de sa carrière chez GSK  –, Aquilon s'est adjoint les services de Patrick Jeanmart, l'ex-CFO de Celyad et d'Hyloris, et plus récemment, d'Antoine Carlhian qui a, lui aussi, contribué à amener Hyloris sur Euronext.

Le résumé

  • La biotech liégeoise Aquilon Pharma va entamer d’ici peu une étude clinique de phase II pour les malades admis à l’hôpital en détresse respiratoire aiguë à cause du Covid-19. 
  • La spin-off de l'ULiège est spécialisée dans l'amélioration disruptive des remèdes contre l’asthme et d’autres maladies respiratoires.
  • Le traitement testé contre le Covid sera le même que celui en cours d'évaluation contre l'asthme.
  • Après un bridge de 1,7 millions, la biotech ambitionne de lever 20 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés