Aquilon veut doper les traitements contre l'asthme

©Photo news

La biotech liégeoise Aquilon Pharma, qui développe des traitements innovants contre l’asthme et d’autres maladies respiratoires, reçoit 3,16 millions de la Région wallonne pour le développement d’un produit novateur.

Aquilon Pharma, une spin-off de l’université de Liège qui travaille sur des traitements innovants contre l’asthme et d’autres maladies respiratoires, vient de recevoir de la Région wallonne des financements à hauteur de 3,16 millions pour le développement d’un nouveau projet. Appelé "Aeronext", ce programme d’un montant total de 4,3 millions vise à développer des thérapies inhalées améliorées en combinant formulations de médicaments et technologies d’administration pulmonaire innovantes. Les indications recherchées sont l’asthme et de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive). Aeronext, qui a été construit dans le cadre d’un appel à projets du pôle wallon BioWin, réunit Aquilon Pharma, l’ULiège, CER Groupe et Simonis Plastic.

Spin-off de l’Université de Liège, Aquilon Pharma a été créée fin 2013 sur base des travaux des Professeurs Didier Cataldo et Brigitte Evrard. Ceux-ci avaient remarqué qu’un excipient inoffensif utilisé pour augmenter l’efficacité des principes actifs était également efficace contre l’asthme et offrait une réelle synergie avec les molécules thérapeutiques véhiculées.

Propriétés particulières

Cette découverte permet de relancer les possibilités commerciales de produits existants administrés par inhalation, qui ont peu évolué ces dernières décennies: en forme pulmonaire, il n’y a pas eu de nouvelle classe thérapeutique depuis longtemps, à l’exception des asthmes très sévères.

"Avec l’ULiège, nous avons développé toute une technologie. Aujourd’hui, nous sommes les seuls à pouvoir dissoudre des corticoïdes dans l’eau", explique le CEO d’Aquilon, Paul Maes, un pharmacien spécialisé en engineering chimique qui a travaillé pour le groupe SMB-Galephar. "Il y a deux ou trois ans, nous avons découvert que quand on travaillait la solution pour la transformer en poudre, celle-ci avait des propriétés aérodynamiques particulières. On a déposé un projet à la Région wallonne, qui vient d’être accepté. On pense qu’on peut améliorer de façon plus que significative la déposition des médicaments actifs là où ils doivent agir, c’est-à-dire dans les parties profondes du poumon."

Aujourd’hui, les poudres commercialisées sont déposées à 80% dans la gorge et le reste dans les poumons, là où se situe l’inflammation. Aquilon a démontré de son côté qu’ils pouvaient augmenter dans une proportion de 5 cette déposition et aller encore plus loin grâce à un nouvel équipement.

L’entreprise wallonne, qui a déjà soumis 8 brevets de portée mondiale, avait levé il y a un an 6,6 millions auprès de différents investisseurs et de la Région wallonne. Elle compte lancer deux études cliniques, l’une au début 2020 avec son premier produit et une deuxième en 2021 avec les nouveaux développements du projet Aeronext. Les premières mises sur le marché pourraient intervenir en 2025 ou 2026.

Damien Thiéry a rejoint Aquilon

Aquilon Pharma emploie aujourd’hui 9 collaborateurs, plus quelques indépendants, un nombre qui devrait doubler à court terme. Parmi les dernières personnes recrutées par la biotech liégeoise, on retrouve Damien Thiéry, qui a été embauché comme Chief Corporate Development. L’ancien parlementaire et ex-bourgmestre de Linkebeek est donc retourné vers le privé, où il avait commencé sa carrière. Aujourd’hui Premier échevin à Linkebeek, Thiéry avait travaillé au début de sa carrière pendant une vingtaine d’années chez GSK comme directeur commercial.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés