AstraZeneca: 2.300 nouvelles suppressions d'emplois

La facture sociale s'allonge au sein du laboratoire pharmaceutique britannique. Son patron, le Français Pascal Soriot annonce qu'au total plus de 5.000 emplois seront supprimés entre 2013 et 2016

Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé jeudi la suppressions de près de 2.300 emplois administratifs supplémentaires, dans le cadre d'un plan stratégique de retour à la croissance.

Compte tenu d'annonces précédentes, le groupe va ainsi supprimer au total 5.050 postes sur la période 2013-2016, occasionnant des charges exceptionnelles de restructuration de 2,3 milliards de dollars, pour une économie espérée de 800 millions par an d'ici 2016.

"J'ai confiance dans le fait que nous avons tracé le chemin d'un retour à la croissance et du leadership scientifique", a déclaré le directeur général, Pascal Soriot, qui doit présenter sa stratégie lors d'une journée investisseurs à New York.

Le Français, ancien du laboratoire suisse Roche, a été nommé l'an dernier à la tête d'AstraZeneca, qui souffre actuellement de la perte d'exclusivité sur plusieurs médicaments et des conditions de marché difficiles.

Le groupe estime pouvoir dépasser significativement le consensus du marché d'un chiffre d'affaires de 21,5 milliards de dollars en 2018. Pour renouer avec la croissance, AstraZeneca entend concentrer ses investissements sur cinq pôles: le médicament pour le coeur Brilinta, le marché du diabète non insulinodépendant, les maladies respiratoires, ainsi que les marchés émergents et le Japon.

Pascal Soriot a également promis jeudi des "retours attractifs pour les investisseurs", en s'engageant à maintenir les dividendes des actionnaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés