AstraZeneca teste un nouveau traitement contre le Covid-19

Le géant britannique travaille aussi au développement d'un vaccin contre le Covid. ©REUTERS

AstraZeneca a lancé des essais de phase 1 sur une combinaison d'anticorps monoclonaux permettant de prévenir et de traiter le Covid-19.

La course des laboratoires pharmaceutiques contre le Covid-19 continue: le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca, qui développe déjà un vaccin, a annoncé, ce mardi, avoir lancé des essais de phase 1 sur un médicament permettant de prévenir et traiter le Covid-19.

Les premiers participants à cet essai ont reçu leur dose de ce médicament qui est une combinaison de deux anticorps monoclonaux, explique AstraZeneca dans un communiqué.

Financement américain

La phase 1, à laquelle participent 48 volontaires en bonne santé âgés de 18 à 55 ans au Royaume-Uni, doit déterminer si le médicament (dont le nom de code est AZD7442) est sûr et comment le corps humain réagit. L'essai est financé par le gouvernement américain, via le département de la Défense et celui de la Santé.

Les anticorps monoclonaux, qui sont issus de la biotechnologie, représentent une des pistes les plus prometteuses contre le Covid-19.

Le groupe explique qu'il s'agit d'une "étape importante" pour ce médicament qui pourrait être utilisé par les personnes exposées au virus et celles déjà infectées. Les résultats de la phase 1 sont attendus au second semestre. S'ils sont concluants, AstraZeneca lancera des essais de phase 2 et 3 à plus grande échelle pour évaluer l'efficacité du médicament.

Des outils spécifiques

Selon les spécialistes, plus encore que les transfusions de plasma, les anticorps monoclonaux, qui sont issus de la biotechnologie, représentent une des pistes les plus prometteuses contre le Covid-19, car ce sont eux qui vont apporter le bénéfice de l'immunité passive.

Selon des études préliminaires, ces outils très spécifiques de l'immunothérapie, qui ont fait leurs preuves contre plusieurs maladies infectieuses et contre le cancer, peuvent être utilisés comme des agents antiviraux dans le traitement des formes sévères du Covid-19 ou à une phase plus précoce de la maladie, afin de prévenir son aggravation ultérieure.

AstraZeneca développe avec l'université d'Oxford un projet de vaccin contre le virus avec des résultats d'essais de phase 3 attendus dès septembre.

Ils peuvent aussi être utilisés en prévention de l’infection après une exposition au virus. Ces espoirs expliquent qu'une compétition pour le développement industriel de ces instruments thérapeutiques se tienne parallèlement à la course aux vaccins. 

La semaine passée, le laboratoire pharmaceutique suisse Roche a ainsi annoncé un accord avec l'américain Regeneron pour la fabrication et la distribution d'un traitement contre le Covid-19 basé sur la combinaison d'anticorps antiviraux expérimentaux de Regeneron. Ce traitement est actuellement en phase 2/3 d'essais cliniques pour le traitement et la prévention de l'infection par le Covid-19.

AstraZeneca travaille aussi sur un vaccin

De son côté, AstraZeneca développe par ailleurs avec l'université d'Oxford un projet de vaccin contre le virus avec des résultats d'essais de phase 3 auprès de milliers de personnes attendus dès septembre. Ce projet suscite beaucoup d'attentes, si bien que, selon des informations de presse, le président américain Donald Trump envisagerait d'accélérer le processus d'autorisation aux États-Unis.

De son côté, le gouvernement britannique assurait lundi que le Royaume-Uni serait le premier à en bénéficier s'il est approuvé. Le principe actif de ce vaccin sera produit en Belgique, par le site de Seneffe du groupe français Novasep.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés