Bayer débourse jusqu'à 4 milliards de dollars pour l'américain AskBio

Avec cette acquisition, Bayer avance pour créer une plateforme thérapeutique basée sur les gènes et la cellule. ©Bloomberg

Le laboratoire américain AskBio travaille sur le traitement de maladies neuromusculaires, cardiovasculaires et métaboliques. Bayer vient de se l'offrir.

Le géant allemand de la chimie-pharmacie Bayer a annoncé, ce lundi, le rachat du spécialiste américain de la thérapie génique, Asklepios BioPharmaceutical, à un prix qui pourrait atteindre au final 4 milliards de dollars (3,38 milliards d'euros).

Bayer effectuera un paiement initial de 2 milliards de dollars et des paiements d'étape potentiels, basés sur le succès de l'entreprise qui pourront atteindre 2 milliards de dollars supplémentaires. Les trois quarts de cette somme seront versés dans les cinq ans.

L'opération a un accent belge. Le siège belge du géant est en effet responsable de la stratégie et du développement commercial. A son actif, il compte déjà quelque 20 acquisitions et partenariats rien que pour cette année. "Ce n'est pas mon premier contrat à un milliard de dollars, mais c'est un contrat spécial", déclare Marianne De Backer, qui, en tant que membre de la direction de Bayer Belgique, est responsable des OPA et des partenariats. Elle ajoute que le CEO d'AskBio est également une femme "ce qui a rendu ces négociations particulières".

Une avancée significative

"Avec cette acquisition, Bayer avance significativement pour créer une plateforme thérapeutique basée sur les gènes et la cellule."
Werner Bauman
CEO de Bayer

"Avec AskBio, nous n'achetons pas seulement une entreprise. Nous achetons l'œuvre de la vie de Jude Samulski", explique Marianne De Backer. Jude Samulski est l'un des pionniers de la thérapie génique.

Créé en 2001, Askbio est spécialisé dans la recherche, le développement et la fabrication de thérapies géniques, une technique consistant à introduire du matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie. Le laboratoire travaille particulièrement sur le traitement de maladies neuromusculaires comme la maladie de Parkinson, mais également cardiovasculaires et métaboliques.

"Avec cette acquisition, Bayer avance significativement pour créer une plateforme thérapeutique basée sur les gènes et la cellule", s'est félicité Werner Bauman, président du groupe allemand.

Une grosse acquisition

9,5 milliards
euros
Bayer a accusé au deuxième trimestre une perte nette de 9,5 milliards d'euros.

C’est une grosse acquisition pour le groupe allemand, la plus importante au niveau biopharma depuis Schering AG (2 milliards USD) en 2006, à l'exception de la reprise des médicaments sans prescriptions de Merck (14 milliards USD) en 2014.

Bayer, qui doit publier le 3 novembre ses résultats du troisième trimestre, a accusé, au deuxième trimestre, une perte nette de 9,5 milliards d'euros. L'entreprise a annoncé en septembre son intention d'économiser, d'ici 2024, 1,5 milliard d'euros en plus des 2,6 milliards d'euros d'économies annuelles qu'elle compte réaliser dès 2022.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés