Bone Therapeutics renonce à son produit contre l'ostéonécrose. C'est grave, docteur?

©Bone Therapeutics

La biotech carolo est contrainte d’arrêter l’étude du Preob, son produit autologue pour l’ostéonécrose de la hanche, suite à des résultats décevants d’un essai de Phase III. Le focus au niveau industriel et commercial est le développement clinique de la plateforme allogénique Allob, qui vise d’autres indications prometteuses.

Le coup est rude pour Bone Therapeutics . La société carolo spécialisée dans la thérapie cellulaire osseuse a annoncé mardi soir l’arrêt de l’étude de phase III de son produit autologue (utilisant la moelle osseuse du propre patient) pour l’ostéonécrose de la hanche. Le traitement en question, le Preob, était considéré comme le produit le plus proche du marché de l’entreprise. L’annonce a fait dévisser sérieusement le cours de l’action ce mercredi à Bruxelles, celui-ci perdant jusqu’à près de 28% dans la journée.

L’ostéonécrose correspond à la mort de tissus osseux causée par une mauvaise irrigation sanguine. Elle est associée à une utilisation prolongée de stéroïdes et à une consommation excessive d’alcool. Cette pathologie orpheline affecte essentiellement les personnes entre 30 et 60 ans et touche le plus souvent la hanche.

La biotech wallonne, qui a renforcé son conseil d’administration en début d’année avec la nomination de Jean Stéphenne en tant que président, avait décroché de bons résultats en phase 2B. Sur la base de cela, elle avait démarré une phase III comparant le Preob avec un placebo. Elle attendait ce mois-ci les résultats intermédiaires du suivi à un an des 44 premiers patients de cet essai. "Si le groupe placebo et le groupe Preob se distinguent suffisamment, alors on pourra arrêter l’étude de façon prématurée", nous avait encore indiqué le CEO, Thomas Lienard, il y a un peu plus d’un an.

"Allob offre une solution plus pertinente, et nettement supérieure sur le plan commercial."
Thomas Lienard
CEO de Bone Therapeutics

L’étude va bel et bien être stoppée, mais pas pour les raisons attendues. Bone Therapeutics doit y mettre fin sur recommandation du Data and safety monitoring board américain. Ce comité d’experts en recherche clinique, tels que des médecins et des statisticiens, ainsi que des défenseurs des droits des patients, surveille l’avancement d’un essai clinique et examine les données de sécurité et d’efficacité. "Les résultats intermédiaires montrent qu’il est improbable que l’objectif principal de l’étude soit atteint au moment de l’analyse finale", a concédé Bone Therapeutics dans son communiqué.

Cet arrêt se justifie d’autant plus que depuis le temps que la biotech carolo travaille sur cette affection grave, les traitements mis à disposition des patients en stade précoce ont évolué favorablement au cours des dernières années, en particulier grâce à de nouvelles techniques de forage osseux offrant de meilleurs résultats.

D’autres indications

Un sérieux revers donc, mais certainement pas fatal. Car bien qu’il soit historiquement le premier produit que Bone a commencé à développer, le Preob n’était déjà plus la priorité numéro un de la société, dont le focus au niveau industriel et commercial est le développement clinique de la plateforme allogénique Allob, qui vise d’autres "indications prometteuses", selon la société.

Allob est basée sur des cellules allogéniques. Ces cellules différenciées sont obtenues à partir de cellules souches de moelle osseuse d’un donneur sain, cultivées ex vivo. Selon Bone, elles ont démontré des propriétés ostéogéniques plus robustes que les cellules Preob. "100 millions de cellules allogéniques ou plus peuvent être administrées en une seule injection locale, cinq fois plus que ce qui était possible avec Preob", d’après l’entreprise. La plateforme Allob présente également d’autres avantages, dont le dosage, la logistique et la mise à l’échelle. Bone a récemment annoncé avoir mis en place un processus de production optimisé ainsi qu’une méthode de cryopréservation efficace. "Allob offre une solution plus pertinente, et nettement supérieure sur le plan commercial, pour répondre aux besoins non satisfaits en orthopédie et dans les maladies osseuses", selon Thomas Lienard. Les deux indications visées sont les fractures avec retard de consolidation et la fusion vertébrale.

Bone Therapeutics travaille en outre au développement du JTA-004, un traitement contre l’arthrose du genou, a fait savoir l’entreprise à la mi-octobre. Ce viscosupplément est une combinaison d’acide hyaluronique, d’un agent antidouleur et anti-inflammatoire et d’une solution de protéines enrichies. La biotech carolo a enregistré des résultats cliniques favorables pour ce nouveau traitement développé parallèlement à son portefeuille de thérapies cellulaires.

Bien que décevante, l’annonce faite par la biotech n’est en rien exceptionnelle: de 10 à 30% des médicaments entrant en essai de phase III ne sont finalement pas retenus comme candidats à une demande de remboursement. Une autre firme belge, Celyad  , avait connu la même déconvenue il y a quelques années avec un traitement en cardiologie. Avant de rebondir avec d’autres indications.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content