Cardio3 BioSciences va entrer en Bourse

Christian Homsy, CEO de Cardio3 BioSciences. © Van Assche ©Lieven Van Assche

C'est officiel: la biotech wallonne Cardio3 BioSciences annonce son intention d'entrer en Bourse de Bruxelles et de Paris. Les détails de l'IPO ne sont pas encore connus.

La société de biotechnologie, Cardio3 BioSciences (C3BS), annonce son intention d'entrer en Bourse sur Nyse Euronext Bruxelles et Nyse Euronext Paris.

L'opération n'est pas une suprise. Cela fait plusieurs années que la biotech wallonne cherchait à lever des fonds suffisants pour poursuivre ses études cliniques sur le C-Cure, son traitement phare de l'insuffisance cardiaque. Mais la crise économique et financière lui avait imposé la plus grande prudence.

Les détails de l'IPO, qui donnera lieu à une double cotation, ne sont pas encore dévoilés. L'introduction en Bourse consistera en une offre d'actions nouvelles. Cardio3 est conseillé par la banque néerlandaise Kempen.

Le traitement est actuellement en étude de phase 3, la dernière phase clinique, en Europe. Cardio3 a l'intention de débuter une seconde étude clinique aux Etats-Unis dès l’autorisation obtenue de la FDA. Le moment est donc stratégique pour réaliser une levée de fond. Les résultats de la phase 2 ont montré une amélioration significative de l'état des patients. Ils ont fait l'objet d'une publication dans le Journal of the American College of Cardiology.

THERAPIE REGENERATIVE

Le C-Cure est une thérapie cellulaire régénérative: des cellules de la moelle osseuse d'un patient insuffisant cardiaque sont prélevées et reprogrammées en cellules "progénitrices" cardiaques. Ces dernières sont obtenues en soumettant les cellules de moelle osseuse aux mêmes signaux qui, chez l’embryon, sont responsables de la formation cardiaque.

Les cellules sont ensuite réinjectées dans le cœur du patient au cours d’une procédure peu invasive utilisant un cathéter dans le but de régénérer les tissus endommagés, d’améliorer la fonction cardiaque, les paramètres cliniques et la qualité de vie du patient.

Cette thérapie est le résultat de recherches menées par la Mayo Clinic (Rochester, Minnesota, Etats-Unis), chez Cardio3 BioSciences et au Centre Cardiovasculaire d’Alost (Belgique).

Cardio3 développe aussi le cathéter (C-Cath) utilisé lors du traitement.

La société poursuit également des programmes de recherche, actuellement en phase de développement précoce, visant à utiliser des protéines pour traiter l'infarctus du myocarde aigu ou "crise cardiaque".

Depuis sa création, Cardio3 Biosciences a levé au total 59 millions d'euros. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n