Catalent reprend MaSTherCell pour 315 millions de dollars

MaSTherCell est une société de sous-traitance pharmaceutique qui développe et assure de la production pour d’autres laboratoires. ©Masthercell/Arthurs Hyacinthe

MaSTherCell, la société de services spécialisée dans les thérapies cellulaires, passe entièrement sous pavillon américain. La biotech de Gosselies connaît un développement important et continue à engager à tours de bras.

Grosse opération dans le secteur de la biotech en Wallonie: MaSTherCell, la biotech de Gosselies spécialisée dans le développement et la production de matériel cellulaire, va passer dans le giron de l’américain Catalent Pharma. Coût de cette reprise: 315 millions de dollars.

Spin-off de l’ULB créée en 2011, MaSTherCell est une filiale de MaSTherCell Global, qui comprend le site belge et une implantation à Houston, au Texas. Le groupe est détenu majoritairement par Orgenesis, une biotech israélo-américaine cotée au Nasdaq, l’autre actionnaire étant Great Point Partners, un fonds d'investissement américain.

La SFPI, l’invest fédéral belge, possède 16,7% de MaSTherCell Belgique. Catalent va reprendre la totalité de l'actionnariat. 

16,7%
.
La SFPI, l’invest fédéral belge, possède 16,7% de MaSTherCell Belgique.

L’opération de reprise porte à la fois sur le site belge, le plus important, et celui des États-Unis. Deux autres sociétés qui faisaient anciennement partie du groupe MaSTherCell Global, en Israël et en Corée, avaient quant à elles été transférées dans le groupe Orgenesis. La finalisation de la transaction, sous réserve des autorisations réglementaires, devrait avoir lieu dans le courant du troisième trimestre de l'exercice fiscal de Catalent.

Quelque 215 personnes travaillent à Gosselies et une quarantaine aux USA. L'entreprise belge avait annoncé, début 2019, un contrat de location pour une extension de 5.700 m² à Gosselies. Un investissement qui devrait permettre à l’entreprise de quadrupler la taille de ses installations existantes et d’engager quelque 250 personnes supplémentaires.

Croissance peu commune

Une telle croissance est peu commune dans le secteur biotechnologique wallon. Elle s’explique par la nature spécifique de l’entreprise. MaSTherCell est en effet une CDMO (pour Contract Development and Manufacturing Organization), c’est-à-dire une société de sous-traitance pharmaceutique qui développe et assure de la production pour d’autres laboratoires. Le créneau qu’elle a  choisi, celui des thérapies cellulaires et plus particulièrement celles utilisées dans le traitement du cancer par immunothérapie, est en plein essor. Autre particularité de MaSTherCell: la société est déjà à l’équilibre depuis trois ans et affiche des profits, là où les autres biotechs brûlent du cash.  

De son côté, Catalent est également une CDMO, mais de taille mondiale. Ce gros acteur – plus de 13.000 employés et 2,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires –, possède déjà un site en Belgique, à Neder-Over-Hembeek. Il n’était pas encore présent dans la thérapie cellulaire. 

Une nouvelle positive

«On ne délocalise pas facilement des sociétés pharmaceutiques et encore moins des sociétés de services»
Denis Bedoret
CEO de MaSTherCell

"C’est une nouvelle très positive pour la société " fait valoir Denis Bedoret, le CEO de la société carolo. "MaSTherCell sera la tête de pont pour la thérapie cellulaire pour Catalent. Suite à une acquisition précédente, ils avaient déjà dans leur portefeuille les vecteurs viraux, qui sont un élément très important dans le matériel que l’on utilise en thérapie cellulaire. Cela nous fournit donc un accès privilégié à ce genre de matériel, pour lequel il y a beaucoup de compétition. Le fait de combiner cette thérapie génique avec l’énorme expérience de Catalent en matière de manufacturing commercial, qui est la prochaine grande étape pour MaSTherCell, permet également de renforcer le service pour nos clients. Nous avons ce plan de développement en Belgique avec cette usine commerciale où nous devons engager plusieurs centaines de personnes. L’arrivée d’un gros acteur industriel tel que celui-là permet de donner des possibilités de support très importantes". 

Pas de crainte de délocalisation donc? "On ne délocalise pas facilement des sociétés pharmaceutiques et encore moins des sociétés de services" poursuit Denis Bedoret. Nos assets, ce sont nos collaborateurs. L’autre élément, c’est le prix d’achat. Ils croient beaucoup dans l’avenir de la société. Le but de Catalent est certainement de continuer à développer la croissance de ce hub de thérapie génique et cellulaire sur Gosselies et en Europe ".

MaSTherCell compte aujourd’hui une douzaine de clients, leaders mondiaux dans leur domaine thérapeutique. Paradoxalement, il n’y a pas d’entreprises belges dans la liste, alors que l’entreprise avait été créée initialement pour répondre aux besoins des sociétés de thérapie cellulaire wallonnes. 

Après le rachat d'Ogeda par le japonais Astellas pour 800 millions d'euros, il y a près de trois ans, la reprise de MaSTherCell par Catalent est la deuxième opération la plus importante de l'histoire de la biotech wallonne. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés