Cefaly passe dans le giron d'un fonds canadien

Pierre Rigaux cédera son poste de CEO mais gardera des responsabilités au sein de Cefaly ©Cefaly/Reporters

La société liégeoise Cefaly, qui a développé un dispositif de neurostimulation crânienne permettant de traiter les migraines sévères, cède sa destinée au fonds d'investissement canadien DW Healthcare Partners. Celui-ci reprend 80 % du capital, les cofondateurs Pierre Rigaux et Pierre-Yves Muller gardant 20 % des parts.

Désireuse d'accélérer sa croissance, la société Cefaly Technology confie sa destinée au fonds d'investissement canadien DW Healthcare Partners (DWHP). Basé à Toronto, ce fonds spécialisé dans le secteur de la santé reprend 80% du capital. Les cofondateurs de la PME liégeoise, Pierre Rigaux et Pierre-Yves Muller, gardent les 20 % restants.

"Cefaly a fait ses preuves sur le plan clinique et connaît une belle croissance. Il est temps à présent de changer de braquet."
Pierre Rigaux

Le montant de la transaction n'a pas été divulgué. Mais au vu des perspectives commerciales énormes offertes par l'entreprise, on peut à coup sûr parier sur un chèque de plusieurs dizaines de millions d'euros.

"Cefaly a fait ses preuves sur le plan clinique et connaît une belle croissance. Il est temps à présent de changer de braquet. Pour cela, il nous a semblé pertinent de travailler avec des personnes qui ont un profil davantage commercial", explique Pierre Rigaux.

Un partenaire financier plutôt qu'industriel

Au terme de plusieurs mois de pourparlers, le choix des dirigeants de l'entreprise, créée en 2004 et qui produit un dispositif de neurostimulation crânienne permettant de traiter les migraines sévères, s'est porté sur un partenaire financier plutôt qu'industriel. Pour une raison très simple: cela permet de garantir le maintien de l'activité (production, recherche et développement) en Wallonie.

"D’ici cinq à sept ans, le fonds devrait sortir du capital et revendre, offrant ainsi la perspective d'une plus-value à moyen terme."
Pierre Rigaux

"Parmi les candidats intéressés figurait un fabricant américain de matériel médical. Le risque était grand qu'il amène ses équipes avec lui, voire qu'il transfère la production ailleurs", précise Pierre Rigaux. D'où le choix de DW Healthcare, peut-être moins rémunérateur à court terme mais qui a pour atout de ne rien produire et qui s'appuiera dès lors sur ce qui a déjà été mis en place en Wallonie et se centrera sur l'accélération du développement commercial. "D’ici cinq à sept ans, le fonds devrait sortir du capital et revendre, offrant ainsi la perspective d'une plus-value à moyen terme", justifie le cofondateur de Cefaly.

La société liégeoise peut d'ores et déjà s'appuyer sur la validation de plusieurs études cliniques menées aux Etats-Unis et en Europe. Celles-ci ont démontré une efficacité aussi bonne que les médicaments les plus puissants utilisés pour traiter les crises de migraine, sans crainte d'effets secondaires.

©BELGA

Active sur plusieurs marchés dont les États-Unis, l'entreprise liégeoise, qui emploie une trentaine de personnes, connait depuis plusieurs années une croissance à deux chiffres et affiche une solide rentabilité. En 2018, Cefaly a réalisé un chiffre d’affaires de 9,1 millions d'euros, pour un excédent brut d'exploitation (ebitda) de 3,2 millions, deux fois plus élevé qu'en 2017.

La marge de progression reste importante. Cefaly soulage aujourd'hui 150.000 patients migraineux dans le monde (dont 10.000 en Belgique). Une paille quand on sait que 15 % de la population mondiale - soit plus d'un milliard de personnes - souffrent de migraines et qu’environ 2,5 % (175 millions) pourraient potentiellement bénéficier de l'apport du Cefaly.

Multiplier le chiffre d'affaires par 15

"DWHP est le partenaire idéal pour Cefaly alors que notre société entre dans une nouvelle phase de croissance très rapide et poursuit son extension à l’échelle mondiale. L'idée, c'est de multiplier le chiffre d'affaires par 15 sur les 5 ou 7 prochaines années", résume Pierre Rigaux. Pour cette année, Cefaly table sur 12 millions d'euros de revenus. A plus long terme, Cefaly prévoit des développements sur d'autres indications comme le traitement des syndromes commotionnels, l'épilepsie ou la fibromyalgie.

Les équipes en place devraient rester en poste, à l'exception du CEO. Pierre Rigaux sera en effet remplacé par l'Américaine Jennifer McDermott, au profil davantage orienté vers le commercial. Pierre-Yves Muller restera responsable du développement électronique, Pierre Rigaux restant pour sa part en charge des affaires médicales et réglementaires.

Parallèlement à cela, les cofondateurs de Cefaly projettent de créer une nouvelle société qui développerait une technologie permettant d’évaluer le niveau de fatigue musculaire. Ce devrait être chose faite d'ici un an. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect