Celyad devient Celyad Oncology

Filippo Petti a remplacé Christian Homsy comme CEO de l'entreprise il y a quinze mois. ©Celyad

La biotech wallonne, qui avait déjà changé de nom en 2015, veut mettre en évidence ses progrès dans le développement de thérapies cellulaires innovantes contre le cancer.

La biotech wallonne Celyad a annoncé mercredi un changement partiel de son nom: la société spécialisée dans les thérapies cellulaires contre le cancer a été rebaptisée Celyad Oncology. Selon la direction, le nouveau nom met en évidence les progrès significatifs de ses programmes CAR-T (immunothérapie qui modifie génétiquement les cellules du corps pour cibler les cellules cancéreuses) de nouvelle génération et exprime également mieux l'engagement envers les patients atteints de cancer.

Le ticker sous lequel la société de biotechnologie est cotée reste CYAD.

Dans le cadre du changement de marque, Celyad Oncology a également reçu un nouveau logo et un nouveau site web a été lancé. Le ticker sous lequel la société de biotechnologie est cotée sur Euronext et le Nasdaq reste CYAD. Ce n'est pas la première fois que l'entreprise change de nom. Jusqu'en 2015, cette spin-off de l'UCL s'appelait en effet Cardio3 BioSciences et était alors spécialisée en cardiologie, une discipline que Celyad finira par abandonner entièrement il y a quelques années pour se recentrer exclusivement sur l'immuno-oncologie. 

Une référence à la main

À l'époque, Christian Homsy, l'ancien CEO de la société, avait expliqué que la première partie du nouveau nom faisait référence au cœur de métier de la société – les thérapies cellulaires – et que la seconde signifiait "main" tant en arabe qu'en hébreu. En mars 2019, l'américain Filippo Petti a remplacé Christian Homsy à la tête de l'entreprise, dont le CA est toujours présidé par Michel Lussier. 

Récemment, Celyad a fait état de résultats cliniques encourageants en phase 1 avec le CYAD-101, son traitement expérimental contre le cancer du côlon. Il n'y a eu aucune preuve d'un rejet du greffon par rapport à l'hôte, le rejet étant un phénomène courant dans la transplantation de cellules souches allogéniques. 

La biotech belge prévoit par ailleurs d'annoncer prochainement des données préliminaires pour le CYAD-01, son traitement candidat phare contre la leucémie myéloïde aiguë et des syndromes myélodysplasiques, fabriqué selon le nouveau procédé de production OptimAb. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés