Celyad garantit ses arrières au-delà de 2021

Au 30 juin 2020, la trésorerie de Celyad atteignait 27 millions d'euros. ©BELGAIMAGE

Celyad Oncology a conclu un accord avec Jefferies pour pouvoir se financer sur le Nasdaq selon ses besoins et au prix du marché pour un montant maximal de 25 millions de dollars.

Ce n’est pas vraiment une surprise. Celyad Oncology a pris une initiative afin de garnir ses caisses comme le laissaient déjà entendre des analystes de KBC Securities en juillet dernier.

Au 30 juin, la position de trésorerie de cette biotech spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires CAR-T ciblant les cancers atteignait 27 millions d’euros avec des dépenses opérationnelles de 15 millions pour le semestre. De quoi lui permettre de poursuivre ses activités jusq’au troisième trimestre 2021. 

Visibilité financière

"Une injection de cash frais permettra donc d’aller au-delà de la mi-2021", notent Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse, de KBC Securities ("accumuler"; 18 euros). Ils précisent que du côté du flux des nouvelles attendues, des retards ont été signalés pour les essais cliniques en phase de recrutement et que la plupart des mises à jour des essais sont désormais programmées pour le quatrième trimestre.

"Si les nouvelles actions sont en effet vendues, cela apportera une visibilité financière après 2022."
Loïc De Smet
Analyste financier chez Kepler Cheuvreux

Pour Loïc De Smet, de Kepler Cheuvreux, si les nouvelles actions sont en effet vendues, cela apportera une visibilité financière après 2022. Sa recommandation reste à "acheter" avec un objectif de cours de 17,4 euros.

Ce qui constitue davantage une surprise, par contre, c’est la technique utilisée par la biotech wallonne pour lever de l’argent frais. Il ne s’agit pas cette fois d’un placement privé accéléré, comme c'est très souvent le cas dans ce secteur.

Au robinet

Celyad s’est tournée vers le broker Jefferies avec lequel elle a conclu un "open market sale agreement". Grâce à cet accord, elle peut vendre, de temps à autre, de nouveaux certificats américains (ADS) représentatifs d’actions pour un montant total de 25 millions de dollars, et cela pendant une période maximale de 36 mois.

25 millions
de dollars
Via son accord avec Jefferies, Celyad pourra lever un maximum de 25 millions de dollars sur le Nasdaq.

Une sorte d'émission au robinet donc, en fonction de ses besoins et au prix du marché en vigueur à ce moment-là. Les cessions ne pourront avoir lieu qu’aux Etats-Unis, où le titre est coté sur le Nasdaq.

Les fonds récoltés seront alloués, entre autres, à la recherche et au développement des candidats CAR-T cliniques et précliniques. Le marché a apprécié modérément l’annonce de cet accord avec Jefferies, le titre cédant 3,3% en matinée.

Rappelons que, mi-juillet, Celyad Oncology a reçu un feu vert de la FDA, l’autorité sanitaire américaine, pour lancer un essai clinique de phase 1 avec le CYAD-211, une thérapie CAR-T allogénique basée sur la technologie shRNA. Elle cible le myélome multiple récidivant/réfractaire, un cancer du sang.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés