Celyad lève 47,3 millions de dollars

©Celyad

La biotech wallonne annonce ce jeudi la clôture de son offre globale de 1.800.000 actions ordinaires. L'opération a permis à Celyad d'atteindre son objectif qui était de lever un peu plus de 40 millions d'euros.

Celyad a clôturé son augmentation de capital par le biais d’un placement auprès d’investisseurs institutionnels. La société biopharmaceutique a placé 1,3 million d’actions en Europe à un prix de 22,29 euros par titre et un peu plus de 500.000 certificats aux Etats-Unis pour un montant de 26,28 dollars par titre. Ce total de 1,8 million de nouvelles actions rapportera ainsi 47,3 millions de dollars, soit 40,1 millions d’euros, dans les caisses de la biotech.

"Notre objectif est atteint, se réjouit Patrick Jeanmart, le CFO de la biotech, on cherchait 40 millions d'euros et le livre d'ordres a été sursouscrit". Le directeur financier nous explique aussi qu'avec cette opération Celyad "accueille de très beaux noms tant aux Etats-Unis qu'en Europe". Outre-Atlantique, des investisseurs spécialisés comme Millenium ou venBio ont rejoint l'aventure.

Cet argent frais servira principalement au développement de CAR-T, la plateforme spécialisée dans les thérapies cellulaires. "Ces 40 millions d'euros nous permettent de financer les activités CAR-T jusqu'à la fin 2020", précise le CFO de Celyad.

"Tout le monde n'a pas pu être servi"

L’action Celyad , qui était suspendue depuis mercredi matin, a chuté lors de la reprise de sa cotation, jeudi, peu après 15h30. Et pour cause, par rapport au cours de clôture de mardi soir à la Bourse de Bruxelles, le prix offert lors du placement privé présentait une décote de 15%. Cette ristourne est conforme à la pratique du secteur. Lorsqu'on prend comme référence le cours de clôture du Nasdaq en dollars, la décote s'affiche à 6,8%

Celyad précise qu’elle a octroyé aux banques qui gèrent le placement privé une option d’achat pour 270.000 titres supplémentaires. Le résultat final de l’offre prévu le 22 mai. "Tout le monde n'a pas pu être servi à la hauteur de sa demande", souligne encore Patrick Jeanmart qui s'attend à ce que "certains investisseurs reprennent des positions sur le marché". 


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content