Celyad renonce au C-Cure

©Celyad

Celyad espérait trouver un partenaire pour développer ce qui pouvait l'être encore du C-Cure un produit visant des affections cardiaques. Elle semble avoir renoncé à ce projet.

Rompant avec les usages en la matière, la biotech Celyad a diffusé un communiqué de presse comportant une information sensible peu après l’ouverture des marchés alors que son action baissait sèchement.

On apprend à la fin de ce document au titre très vague "Celyad provides clinical update and strategic outlook for 2018" ce que devient le C-Cure. On se souviendra que ce produit qui visait des affections cardiaques n’a pas donné pleine satisfaction à l'issue d'essais cliniques. Celyad espérait toutefois dégoter un partenaire pour poursuivre le développement de certains aspects du C-Cure. En mai 2017, elle signalait même avoir engagé la banque Piper Jaffray pour l'aider dans cette recherche.

A lire le communiqué, il semblerait que la biotech de Mont-Saint-Guibert ait finalement renoncé à ce projet. Elle signale, en effet ,qu’en décembre 2017, elle a notifié à la Région Wallonne sa décision de ne pas exploiter les résultats de ce programme en échange de l’annulation des prêts de la Région à la société.

Celyad précise, par ailleurs, que fin 2017 ses liquidités s’élevaient environ à 34 millions d’euros ce qui lui permet de poursuivre ses activités jusqu’au premier semestre 2019 assure-t-elle. La biotech a déjà annoncé qu’elle comptait lever des fonds au cours des six premiers mois de 2018.

Personne n'était disponible chez Celyad avant de publier cet article. Pour le CFO de la société qui nous a ensuite contacté, il s'agit là d'une "bonne nouvelle" et assure, en substance, qu'il n'y rien de neuf "dans la mesure où l'abandon du C-Cure avait déjà  été annoncée voilà un an".

Vers 10h10, l'action Celyad perdait 5,3% à 36,04 euros.

Essai "Think"

Concernant l’essai clinique "Think", Celyad indique que, fin décembre, elle traitait 15 patients avec son produit CYAD-01. Il s’agit de première et/ou deuxième dose à la fois dans une tumeur solide et une tumeur hématologique. La biotech recrute actuellement des patients pour la troisième dose pour la tumeur solide (cancer colorectal) et achève celui pour la 2e dose de la tumeur liquide (leucémie).

La biotech annonce, par ailleurs, qu’elle a amélioré le processus de production permettant d’accroître le rendement des cellules T.

Elle signale également que six des dix patients traités ont développé des signes d’activité clinique allant de maladie stable à réponse complète.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect