Publicité

Cette biopharma belge cotée a le vent en poupe

Hyloris a rejoint Euronext Bruxelles en juin 2020 au prix de 10,75 euros par action. ©Tim Dirven

Spécialisée dans la reformulation de médicaments, Hyloris a grimpé de 35% depuis son IPO. Elle a annoncé ce matin une nouvelle approbation pour l'un de ses traitements.

Jusqu’à présent, les investisseurs qui ont participé à l’IPO d’Hyloris , en juin de l’année dernière, ne peuvent que se féliciter de leur choix. Introduite au prix de 10,75 euros par action, la biopharma spécialisée dans la reformulation de médicaments existants a, depuis lors, grimpé de 28%, après avoir piqué du nez les six premiers mois avec un plus bas à 9 euros.

Et cela, sans compter le bond de 6% à 14,65 euros affiché aujourd’hui. Le potentiel de croissance sur douze mois atteint encore 14% si l’on se base sur l’objectif de cours moyen des trois brokers qui suivent la valeur (16,8 euros) et qui sont tous les trois à l’achat.

Avancée sans douleur pour le Maxigesic

Hyloris a annoncé ce mardi matin que le Maxigesic IV a été approuvé au Royaume-Uni et en Irlande. Cet anti-douleur non opioïde est composé de paracétamol et d’ibuprofène en solution pour perfusion pour le traitement de la douleur post-opératoire. Les ventes là-bas débuteront au premier trimestre.

Cela porte désormais à 27 le nombre de pays où AFT Pharmaceuticals, le partenaire de la biopharma liégeoise, a décroché une approbation réglementaire. Ce traitement est actuellement sous licence dans plus de 100 pays et est maintenant lancé dans cinq.

Potentiel

"Ce traitement représente 10% de notre valorisation en tant que produit non cardiovasculaire le plus important dans le portefeuille d'Hyloris."
Lenny Van Steenhuyse
Analyste chez KBC Securities

Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities (“acheter”; 16,5 euros) signale que, selon son estimation prudente actuelle, le pic des ventes du Maxigesic IV dans l’Union européenne s’élèvera à 83,5 millions d’euros, dont 8% (6,7 millions) devraient revenir à Hyloris. Il anticipe, par ailleurs, un dépôt du dossier auprès de la FDA, l'agence américaine des médicaments, cette année et un feu vert potentiel en 2022.

Le pic des ventes aux États-Unis devrait atteindre 123 millions d’euros, avec 9,8 millions de royalties revenant à Hyloris, a calculé l’analyste. "Ce traitement représente 10% de notre valorisation (de la société) en tant que produit non cardiovasculaire le plus important dans le portefeuille d'Hyloris."

Lenny Van Steenhuyse note encore que la biopharma continue de réaliser des progrès à la fois dans son parcours régulatoire et commercial pour son pipeline, qui compte désormais 15 produits. Il s’attend à ce que la société en dévoile deux nouveaux avant la fin de l’année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés