Des investissements records en R&D dans la biopharma

©RV DOC

2017 a été une année record en matière d’investissements en recherche et développement dans le secteur biopharmaceutique belge, avec 3,5 milliards d’euros, contre 2,89 milliards en 2016. Le secteur a encore vu ses effectifs augmenter et comprend actuellement près de 36.000 travailleurs employés directement. Seul le chiffre total des exportations est en très léger tassement.

Avec des investissements en recherche et développement qui ont atteint 3,51 milliards d’euros, l’année 2017 a été un cru exceptionnel, selon les chiffres de pharma.be, l’association coupole de l’industrie pharmaceutique en Belgique. En sept ans, les montants investis en Belgique pour la R&D dans le secteur biopharma ont quasiment doublé, avec un taux de croissance moyen annuel de 10%. À titre de comparaison, en Europe, quelque 27,7 milliards d’euros ont été investis en 2016 en recherche et développement dans la pharma.

©MEDIAFIN

Des chercheurs

Au niveau de la main-d’œuvre, le secteur a encore vu ses effectifs augmenter et comprend actuellement près de 36.000 travailleurs employés directement, dont 5.098 chercheurs. Il est par ailleurs admis que les entreprises pharmaceutiques créent également des emplois indirects, notamment dans les hôpitaux et dans le domaine de la logistique.

Depuis 2010, le taux de croissance annuel moyen de l’emploi dans l’industrie biopharmaceutique s’élève à 1,62%. Un chiffre nettement plus élevé que le taux de croissance annuel moyen observé depuis 2010 (0,9%) dans le secteur privé, observe pharma.be, qui précise qu’il y a presque 1.000 chercheurs en plus par rapport à 2014.

L’industrie biopharmaceutique est d’ailleurs un secteur grand consommateur d’expertise, puisque deux tiers des travailleurs disposent d’un diplôme universitaire ou d’un diplôme de l’enseignement supérieur.

"La Belgique est souvent appelée la pharma valley. Cette appellation est totalement justifiée."
Catherine Rutten
CEO de pharma.be

Seul chiffre quelque peu en retrait par rapport à 2016: celui des exportations globales de médicaments et vaccins. En 2017, la valeur des produits biopharmaceutiques exportés dans le monde entier au départ de la Belgique s’est élevée à 40,5 milliards d’euros. Soit une très légère baisse (230 millions) par rapport à l’année précédente. Mais le montant reste considérable: à lui seul, le secteur biopharmaceutique représente 10,6% du total des exportations de la Belgique et contribue donc largement au dynamisme de l’économie du pays. Le taux de croissance annuel moyen entre 2010 et 2017 s’élève à 0,73%.

Un rôle capital

Pharma.be souligne par ailleurs que la Belgique à elle seule joue un rôle capital dans l’approvisionnement mondial de médicaments et de vaccins: elle exporte en effet quasiment la moitié de sa production à l’extérieur des frontières de l’Union européenne. Une proportion très différente des autres exportations belges, qui sont destinées, pour les trois quarts, à nos partenaires de l’UE. Les vaccins, la grande spécialité du géant GSK, ont représenté 13,4% des exportations pharmaceutiques en 2017.

Une terre d’essais

"La Belgique est souvent appelée la pharma valley. Cette appellation est totalement justifiée", a commenté Catherine Rutten, la CEO de pharma.be.

Avec près de 200 entreprises biopharmaceutiques, au moins 15 quartiers généraux, 14 sites de recherche et développement, 31 sites de production et la présence de 14 bio-incubateurs, notre pays occupe en effet une place importante dans le monde biopharmaceutique mondial.

La Belgique tient également un rôle majeur pour les essais cliniques. Un cinquième des essais dédiés à la lutte contre le cancer se déroulent sur notre territoire. Et 12% des nouvelles études cliniques lancées en Europe le sont en Belgique, qui dispose d’un écosystème favorable: en raison de la législation, notre pays profite de délais courts pour faire approuver les demandes d’étude.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content