Deux projets de vaccins produisent une réponse immunitaire

L'efficacité du vaccin d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford devra encore être établie dans un essai de phase 3. ©Photo News

Un vaccin contre le Covid-19 développé par l'université britannique d'Oxford avec le géant pharmaceutique AstraZeneca semble être sûr et entraîne une réaction positive au niveau de l'immunité. Un vaccin chinois a aussi obtenu de bons résultats.

Deux projets de vaccins contre le Covid-19, un britannique et un chinois, ont produit une réponse immunitaire importante et démontré leur sûreté pour les patients, selon les résultats de deux essais cliniques distincts, publiés lundi dans la revue médicale britannique The Lancet.

Le premier, développé par l'université d'Oxford en partenariat avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca, a généré "une forte réponse immunitaire" dans un essai sur plus de 1.000 patients. Les responsables du projet ont déclaré que les réponses immunitaires "pourraient être encore plus importantes après une deuxième dose", selon un essai mené auprès d'un sous-groupe de 10 participants. Le gouvernement britannique a déjà commandé 100 millions de doses de ce vaccin potentiel. Le principe actif de ce vaccin sera produit en Belgique, par le site de Seneffe du groupe français Novasep.

Le second projet, sur lequel travaillent des chercheurs de Wuhan (Chine) financés par CanSino Biologics, a provoqué une forte réaction en terme d'anticorps dans un autre essai chez la plupart des quelque 500 participants.

Une phase 3 à venir

Ces essais cliniques sont encore dans une phase préliminaire (phase 1/2 et phase 2), et leur efficacité devra être établie dans un essai de phase 3, sur un nombre de participants plus important, avant d'envisager leur commercialisation à grande échelle.

Ces résultats étaient malgré tout très attendus: de nombreux chercheurs et laboratoires dans le monde se livrent à une course contre la montre pour trouver un vaccin sûr et efficace contre le Covid-19. "Si notre vaccin s'avère efficace, c'est une option prometteuse, car ce type de vaccin peut être fabriqué facilement à grande échelle", a commenté Sarah Gilbert, chercheuse à l'université d'Oxford.

Le vaccin d'Oxford et celui de CanSino sont basés sur un adénovirus modifié, qui ne se réplique pas, ce qui les rend plus sûrs notamment pour les patients fragiles.

Aucun des deux essais n'a enregistré d'effet indésirable grave. Les effets secondaires les plus observés ont été de la fièvre, de la fatigue et une douleur au point d'injection du vaccin.

Les effets secondaires les plus observés ont été de la fièvre, de la fatigue et une douleur au point d'injection.

Des effets qui ne sont pas inquiétants, selon les experts. La fièvre signifie sans doute que les patients ont fait eu une très bonne réaction immunitaire. La grande crainte des experts est en effet l'absence de réponse immunitaire, ce qui compromettrait la mise au point d'un vaccin. Une récente étude menée par des scientifiques de Munich a également suggéré que les anticorps du nouveau coronavirus ne resteraient dans le corps que quelques mois, ce qui pourrait limiter l'efficacité de certains vaccins dans le temps.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés