Échec d'un essai clinique de Galapagos

Nouveau revers pour Onno van de Stolpe , le CEO de Galapagos, après l'épisode américain du filgotinib. ©BELGA

Galapagos a annoncé qu'un essai clinique de phase II visant l'arthrose du genou avec le GLPG 1972 n'avait révélé aucune différence significative avec le placebo.

Nouvelle tuile pour Galapagos après les problèmes régulatoires rencontrés par la société aux États-Unis avec son produit-phare, le filgotinib. La biotech malinoise et son partenaire Servier ont indiqué qu’aucun signal d’activité n’a été observé dans les résultats  de son essai clinique de phase II ROCCELLA avec le GLPG1972/S201086.

Arthrose du genou

ROCCELLA est un essai clinique en double aveugle avec placebo évaluant l’efficacité et la sécurité de trois différentes doses orales de GLPG1972 / S201086 une fois par jour chez 932 patients souffrant d'arthrose du genou, et ce,  pendant 52 semaines de traitement.

"Aucune différence statistiquement significative par rapport au placebo n'a été atteinte dans aucun des groupes traité."
Galapagos

L'objectif principal de ROCCELLA était de démontrer l'efficacité d'au moins une dose du traitement par rapport au placebo après 52 semaines de traitement pour réduire la perte de cartilage dans une partie du genou. Aucune différence statistiquement significative par rapport au placebo n'a été atteinte dans aucun des groupes traités, précise Galapagos dans un communiqué.

Filgotinib

On se rappellera, qu’en août dernier, Galapagos avait dévissé de 30% en bourse. La FDA venait de demander à la biotech des données complémentaires sur le filgotinib, un traitement de l’arthtite rhumatoïde, retardant le calendrier de mise sur le marché de ce candidat médicament outre-Atlantique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés