interview

François Fornieri: "C'est une chasse à l'homme"

François Fornieri, CEO de Mithra. ©Photo News

Le CEO de Mithra réagit à une présomption de délit d'initié. "M'accuser d'utiliser Samuel Di Giovanni comme homme de paille pour acheter des actions Mithra! C'est vraiment du grand n'importe quoi."

"Du grand n'importe quoi. M'accuser d'utiliser Samuel Di Giovanni comme homme de paille pour acheter des actions Mithra ! C'est vraiment du grand n'importe quoi", nous dit un François Fornieri passablement énervé, ce mercredi matin en réaction aux articles évoquant une présomption de délit d'initié.

"Vous savez, j'ai à peu près 13 millions d'actions Mithra. Vous croyez vraiment que je vais faire ce genre de montage pour quelque 40.000 actions supplémentaires? Cela n'a aucun sens."
François Fornieri
CEO - Mithra

"Oui, je suis monté en puissance dans Protection Unit", la société de gardiennage basée à Liège et dirigée par Samuel Di Giovanni. "C'est une entreprise en plein développement et qui a un très beau potentiel devant elle. Fin 2018, j'ai acheté à titre privé, via une convention, des actions Protection Unit, comme Noshaq a acheté des actions Protection Unit. Je suis aussi monté en puissance dans une autre société de Di Giovanni, Just 4 Eat", ajoute le CEO de Mithra.

"Je lis dans la presse que Di Giovanni aurait acheté des actions Mithra. C'est encore son droit. C'est son droit d'investir en Mithra s'il le souhaite. Qui n'a pas envie d'investir dans Mithra, une biotech qui a les meilleures perspectives d'avenir?"

"Di Giovanni aurait acheté des actions Mithra. C'est encore son droit."
François Fornieri
CEO - Mithra

"Aller imaginer que ces investissements ont été faits pour que je puisse acheter en sous-main, via un homme de paille, des actions Mithra à mon bénéfice, pour soi-disant faire gonfler le cours de bourse c'est délirant. Vous savez, j'ai à peu près 13 millions d'actions Mithra. Vous croyez vraiment que je vais faire ce genre de montage pour quelque 40.000 actions supplémentaires? Cela n'a aucun sens, c'est une chasse à l'homme." 


 

 

François Fornieri dans le collimateur de la justice

Lire également

Publicité
Publicité