Galapagos récolte les premiers fruits de son mégadeal avec Gilead

©Bloomberg

La biotech belgo-néerlandaise transforme une perte d'exploitation de 53,3 millions d'euros en un bénéfice de 393 millions d'euros d'un seul coup.

Sur les 752 millions d'euros de chiffre d'affaires de la biotech pour les neuf premiers mois de cette année, 596 millions d'euros proviennent de l'accord que la société a conclu en juillet avec le pharmacien américain Gilead Sciences. Les Américains ont alors acheté pour 3,5 milliards d'euros le droit d'inspecter, pendant dix ans en exclusivité hors d'Europe, tous les principaux médicaments développés par Galapagos, y compris le médicament rhumatismal filgotinib. Par ailleurs, le géant pharmaceutique a porté sa participation dans l'entreprise à 22% pour un montant de 1 milliard d'euros.

Galapagos a réalisé un bénéfice net de 265 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de cette année, contre une perte nette de 44 millions d'euros en 2018. Le résultat opérationnel s'élève à 393 millions d'euros, contre une perte opérationnelle de 53,5 millions d'euros.

Recherche

5,6
milliards
Galapagos peut actuellement compter sur une réserve de trésorerie de 5,6 milliards d'euros pour la poursuite du développement de médicaments.

Les frais de recherche et développement pour les neuf premiers mois de 2019 s'élèvent à 298,2 millions d'euros, contre 231,8 millions d'euros pour les neuf premiers mois de 2018. Cette augmentation s'explique principalement par une augmentation de 29 millions d'euros du coût des contrats externalisés, principalement dans le cadre du programme IPF, du médicament rhumatismal filgotinib et d'autres programmes.

En annonçant l'accord, le CEO Onno Van de Stolpe avait déclaré qu'il doublerait ses dépenses de recherche et développement. "Mais nous voulons prendre le temps de voir à quoi nous allons le consacrer."

Réserve de capital

Galapagos peut actuellement compter sur une réserve de trésorerie de 5,6 milliards d'euros pour la poursuite du développement de médicaments. La consommation de trésorerie opérationnelle pour l'ensemble de l'année 2019 est maintenue entre 320 et 340 millions d'euros, sans compter les efforts pour la collaboration avec Gilead.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés