Galapagos sur les rotules après un mauvais coup du genou

Le ciel s'est encore assombri en bourse pour Galapagos après le flop d'un essai clinique. ©Bloomberg

L'échec d'un essai clinique de phase II portant sur l'arthrose du genou a torpillé l'action de la biotech qui totalise un repli de 42% depuis le début de l'année.

C’est un vrai parcours de montagnes russes que traverse  Galapagos ces derniers mois. Dégringolade en bourse, en août, avec la perspective des retards pour la commercialisation du filgtonib aux États-Unis pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde. Approbation en Europe et au Japon de ce même médicament fin septembre et, le même mois, publication de résultats positifs pour un essai clinique de phase II testant le ziritaxestat (GLPG1690) auprès de patients atteints de sclérose systémique cutanée diffuse (SSc).

Exit le GLPG1972

Aujourd’hui, patatras, le wagon affronte un nouveau virage difficile. Galapagos et son partenaire Servier ont dû faire aveu d’échec avec un candidat traitement, le GLPG1972/S201086, qui visait l'arthrose du genou.

-42%
Depuis le début de l'année, Galapagos a perdu 42% de sa valeur en bourse.

À l’issue d’un essai de phase II mené auprès de 932 patients souffrant de cette affection, il est apparu qu’après 52 semaines aucune différence statistiquement significative par rapport au placebo n’a été observée. Rideau…

En bourse, le titre a chuté de plus de 7%, à 109,3 euros. Depuis le fiasco américain, Galapagos a chuté de 31%, ce qui porte le bilan annuel de la valeur à -42%.

L'évolution du cours de Galapagos depuis 2019

Revers regrettable

"L’annonce d’aujourd’hui est un revers regrettable, compte tenu du grand besoin non satisfait et de l’opportunité de marché considérable pour un nouveau médicament pour l'arthrose du genou", souligne Benoit Louage de Degroof Petercam.

Avant cette annonce, l’analyste évaluait à 26% les chances de succès avec un pic de ventes potentiel de 2 milliards d’euros. Il a donc décidé de réduire son objectif de cours à 115 euros, contre 120 euros avant, suite au retrait du GLPG1972 de sa valorisation. Sa recommandation reste à "conserver". À ses yeux, les principaux contributeurs à la valorisation de la biotech sont, actuellement, sa solide position de cash et les programmes liés au filgotinib.

"L’annonce d’aujourd’hui est un revers regrettable, compte tenu de l’opportunité de marché considérable pour un nouveau médicament pour l'arthrose du genou."
Benoit Louage
Analyste chez Degroof Ptercam

"L'arthrose confirme, à nouveau, son statut de maladie notoirement difficile à traiter dans la dernière étude à grande échelle", note, de son côté, Lenny Van Steenhuyse, de KBC Securities. Il a aussi retiré le GLPG1972 de son modèle et a réduit son target de 7 euros pour le porter à 138 euros. La molécule représentait environ 5% de sa valorisation.

L’essai clinique de phase II PINTA testant le GLPG1205 dans le traitement de la fibrose pulmonaire idiopatique est le dernier résultat attendu cette année dans le chef de Galapagos, rappelle l’analyste.

UBS et Jefferies ont également réduit leur objectif de cours respectivement à 125 euros et 133 euros. Leur avis reste à "conserver".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés