GSK et Sanofi s'unissent pour développer un vaccin qui aura des accents belges

La technologie des adjuvants, développée à Rixensart, a un rôle clé dans la collaboration nouée avec Sanofi pour trouver un vaccin. © Nima Ferdowsi

Les deux géants pharmaceutiques GSK et Sanofi espèrent lancer les essais cliniques au second semestre 2020 pour commercialiser un vaccin contre le Covid-19 un an plus tard. Le site belge de Rixensart de GSK sera impliqué dans les recherches notamment via sa technologie des adjuvants.

Sanofi et GSK unissent leurs forces pour tenter de développer un vaccin contre le Covid-19. 

Dans le secteur pharmaceutique, des collaborations fleurissent tous azimuts. Le français Sanofi avait déjà annoncé fin mars collaborer avec Translate Bio. Le groupe français a aussi noué une collaboration avec le Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), qui dépend du ministère américain.

Quant à GSK, après avoir mis à disposition de chercheurs sa technologie d'adjuvant, le groupe avait scellé une collaboration avec la californienne Vir Biotechnology.

Association adjuvants-antigènes

Désormais, le français et le britannique annoncent qu'ils étudieront conjointement plusieurs candidats en vue de l’entrée en phase clinique d’un vaccin "sûr et efficace" contre le coronavirus SARS-CoV-2. Leurs travaux seront fondés sur la production de vaccins avec "adjuvants", développée par le site belge de GSK à Rixensart. Cette technique permet une production à plus grande échelle. Le site belge jouera donc un rôle essentiel dans cette collaboration.

Sanofi apportera, pour sa part, son antigène de la protéine S du Covid-19, obtenu par la technologie de l’ADN recombinant. Cette technologie a permis d’obtenir une réplique génétique exacte des protéines – qui se trouvent à la surface du virus – et la séquence d’ADN codant cet antigène.  

"En combinant notre expertise scientifique, nos technologies et nos capacités, nous pensons pouvoir contribuer à l’effort mondial de développement d’un vaccin pour protéger le plus de personnes possibles contre le Covid-19."
Emma Walmsley
CEO de GSK

"Cette collaboration rapproche deux des plus grands spécialistes mondiaux de la production de vaccins", indique Emma Walmsley, CEO de GSK. "En combinant notre expertise scientifique, nos technologies et nos capacités, nous pensons pouvoir contribuer à l’effort mondial de développement d’un vaccin pour protéger le plus de personnes possible contre le Covid-19."

Un vaccin pour 2021

Les deux entreprises prévoient de lancer des essais cliniques de phase I au deuxième semestre et, en cas de succès et sous réserve des exigences réglementaires, elles espèrent pouvoir mettre ce vaccin à disposition d’ici le deuxième semestre 2021.  

Les deux entreprises ont par ailleurs conclu un accord "de transfert de matériel" pour rendre cette collaboration effective immédiatement.

Si le site de R&D GSK à Rixensart sera sollicité, rien n'est actuellement décidé pour le site de production de Wavre. "Nous n’avons pas encore choisi tous les sites qui seront impliqués, mais nous comptons utiliser plusieurs sites de notre réseau GSK y compris en Europe et aux États-Unis", entend-on chez GSK Belgique.

Relire notre article| Emmanuel Hanon (GSK Vaccines): "Il faudra construire une capacité de production de vaccins gigantesque"

 

 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés