GSK pourrait supplanter Roche dans le traitement des mélanomes

© HH

Des traitements contre le cancer de la peau, développés par GSK, semblent fort prometteurs. Ils pourraient, à terme, faire de l'ombre au Zelboraf de Roche.

Deux traitements expérimentaux contre le cancer de la peau développés par GlaxoSmithKline - chacun conçu pour bloquer différentes voies de passage des cellules tumorales - semblent en passe de voler la vedette au Zelboraf (vemurafenib), le médicament pionner de Roche dans ce domaine, selon Citigroup.

Le courtier, qui a relevé lundi son objectif de cours sur l'action GSK, anticipe pour le groupe pharmaceutique des ventes annuelles de dabrafenib et de trametinib de l'ordre de 1,5 milliard de livres (1,87 milliard d'euros) d'ici 2020, un montant près de trois fois supérieur au consensus du marché.

· Il a été démontré à l'occasion de tests à petite échelle que le dabrafenib, un inhibiteur de BRAF, et le trametinib, un inhibiteur de MEK, freinaient tous deux le développement des mélanomes avec peu d'effets secondaires.

Selon Andrew Baum, analyste de Citi, le dabrafenib devrait être commercialisé en 2013 et, vu ses effets secondaires moindres sur la peau et les articulations, grignoterait rapidement les ventes du Zelboraf de Roche, tandis que la combinaison du dabrafenib et du trametinib deviendrait à partir de 2014 la référence en matière de traitement des mélanomes.

Citi a relevé sa recommandation sur le titre GSK à "achat", portant son objectif de cours de 15,70 à 16,10 livres.

L'action GSK gagnait 1,13% à 14,32 livres vers 17h06, alors que le FTSE 100 était stable (+0,01%) et que l'indice du secteur pharmaceutique européen prenait 0,21%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés