GSK se lance dans la course aux vaccins contre les variants du coronavirus

Patrick Florent, administrateur délégué de GSK Vaccines en Belgique sera responsable de la production de 100 millions de doses du vaccin de CureVac. ©GSK

GSK et CureVac s'allient pour développer un vaccin contre les variants du coronavirus. Dans l'intervalle, GSK produira dans son usine de Wavre quelque 100 millions de doses du vaccin de première génération de l'Allemand.

"Nous voulons être les premiers à apporter une protection future avec un vaccin efficace face aux variants actuels et prochains du coronavirus", explique Patrick Florent, administrateur délégué de GSK Vaccines en Belgique.

Changement stratégique donc pour le groupe pharmaceutique britannique GSK dans la lutte contre le coronavirus. Jusqu'ici, il souhaitait se limiter à la mise à disposition de ses adjuvants. "Nous voulions apporter notre aide à un maximum de sociétés pour arriver à développer un maximum de vaccins."

GSK a ainsi noué plusieurs partenariats avec Sanofi (dont le vaccin est en phase 2) et le canadien Medicago (dont le vaccin est en phase 2/3). Il vient par ailleurs de mettre un terme à son partenariat avec le chinois Clover.

Un vaccin badgé GSK

Mais pourquoi ce revirement de stratégie?

150
millions d'euros
CureVac et GSK annoncent une collaboration de 150 millions d'euros pour le développement conjoint du vaccin ARN "next generation".

"Jeudi dernier, nous avons reçu les résultats montrant que les vaccins de première génération étaient efficaces sur la souche initiale, mais cette efficacité diminuait sur le variant britannique et encore davantage sur le variant sud africain."

GSK a donc accéléré les discussions déjà en cours avec CureVac, dont il est entré au capital l'été dernier, pour aboutir à un accord de collaboration portant sur un montant de 150 millions d'euros. Il vise le développement conjoint d'un vaccin ARNm "next generation" dont la spécificité résidera dans une approche plurielle pour traiter en un vaccin les multiples variants émergents. Ce vaccin devrait être administré en une seule dose.

"Le but de ce développement est d'arriver à un vaccin qui pourra servir de dose de rappel aux personnes déjà vaccinées ou comme primo vaccin."

"Le but de ce développement est d'arriver à un vaccin qui pourra servir de dose de rappel aux personnes déjà vaccinées ou de primo vaccin."
Patrick Florent
Administrateur délégué de GSK Vaccines en Belgique.

CureVac sera responsable du développement sur base des ARN messager. GSK s'occupera du développement clinique. En bout de course, le vaccin sera un produit de GSK qui détiendra les accords de validation (à l'exception de certains pays).

L'accord ne porte pour l'heure pas sur la phase de production et de commercialisation.

Des doses "made in Wavre"

Dans l'attente de ce futur vaccin espéré sous réserve d'approbations pour 2022, CureVac et GSK vont déjà collaborer à la production du vaccin de première génération de l'Allemand qui, lui, est attendu pour le 2e trimestre de cette année.

"Nous sommes très fiers de produire jusqu’à 100 millions de doses de ce vaccin en utilisant nos capacités de production à Wavre."

Concrètement, GSK assurera l'assemblage du vaccin et l'embouteillage. Le travail sera lancé très bientôt avec la production quelques semaines durant de lots de validation (sorte de production d'essai). La production commerciale s'étendra ensuite sur un ou deux mois.

Patrick Florent précise par ailleurs que cette production pour CureVac ne l'empêche pas de poursuivre la production de vaccins de GSK ni celle des adjuvants promis aux partenaires canadien et français.

Coup d'accélérateur

Légèrement en retard dans la course au vaccin contre la Covid-19, CureVac s'est alliée début janvier au géant Bayer pour faire atterrir son projet de vaccin, actuellement en dernière phase d'essai clinique.

Avec GSK, la firme met les bouchées doubles pour la production, alors que la Commission européenne attend jusqu'à 405 millions de doses. Rappelons par ailleurs qu'en novembre dernier, la société allemande avait déjà renforcé son réseau de fabrication européen en collaborant notamment avec Wacker and Fareva.

Les avantages

Contrairement aux vaccins actuellement sur le marché, le vaccin de CureVac également administré en 2 doses a l'avantage de se conserver entre 2 et 8°. Franz-Werner Haas, CEO, affirme même qu'il peut rester stable pendant au moins trois mois dans d'un réfrigérateur. Cette facilité d'utilisation sera également recherchée pour le futur vaccin développé avec GSK.

GSK et CureVac, mais aussi AstraZeneca

Comme GSK et CureVac, AstraZeneca et l'Université d'Oxford veulent aussi produire la prochaine génération de vaccins contre les variants de Covid-19. C'est ce qu'annonce un dirigeant du laboratoire pharmaceutique anglo-suédois. "Nous essayons d'avoir quelque chose de prêt d'ici l'automne, donc cette année."
 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés