Hyloris a perçu 82 millions d'euros de redevances

Depuis janvier, la société liégeoise Hyloris (ici, le CEO Stijn Van Rompay lors de l'IPO le 29 juin) a pu lever un montant brut de 79,54 millions d’euros. ©Tim Dirven

Entrée en bourse le 29 juin dernier, la jeune société liégeoise estime avoir les moyens de poursuivre le développement de son portefeuille de produits.

Nouveau baptême du feu pour la société liégeoise Hyloris Pharmaceuticals, qui vient d'entrer en Bourse. Comme il se doit pour une jeune biotech centrée sur le développement de produits innovants, les chiffres opérationnels sont négatifs. C'est dû pour l'essentiel aux investissements en R&D. Hyloris y a consacré 1,17 million d'euros au 1er semestre.

Créée et dirigée par l’entrepreneur flamand Stijn Van Rompay, elle développe des médicaments auxquels elle applique de nouvelles formulations à haute valeur ajoutée.

66,8
millions d'euros
Hyloris peut s'appuyer sur un matelas de trésorerie de 66,8 millions d'euros.

Hyloris, qui sort d'une IPO réussie et d'une levée de fonds privés de 15,15 millions d'euros réalisée fin avril, peut s'appuyer sur une trésorerie solide de 66,8 millions d'euros. "Nous disposons de tous les atouts pour atteindre notre objectif de commercialiser le plus rapidement possible des médicaments reformulés", estime le CEO Stijn Van Rompay.

"Nous disposons des atouts pour commercialiser rapidement des médicaments reformulés."
Stijn Van Rompay
CEO d'Hyloris

Le début de l'année a été consacré au développement du portefeuille de produits. Hyloris commercialise aux États-Unis le Sotatol IV, développé en partenariat avec AltaThera, pour le traitement de la fibrillation auriculaire, et le Maxigesix IV, un analgésique non opioïde pour le traitement de la douleur, détenu en copropriété avec AFT Pharmaceuticals.

Commercialisation

Le premier a reçu en mars une extension d'autorisation de la FDA et pourra être vendu dans ces conditions au second semestre. Le second est commercialisé depuis juin en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Émirats Arabes Unis et bénéficie d'un accord de distribution signé en juin avec la société autrichienne Ever Pharma. Il permettra la commercialisation de Maxigesic IV en Allemagne, en France, en Italie et en Autriche.

Les flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles sont positifs de 95 millions d'euros.

Les flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles sont positifs de 95 millions d'euros. Les redevances dues sur les ventes de Sotalol IV aux États-Unis par le partenaire AlthaThera représentent 82 millions d'euros.

Hyloris a aussi en portefeuille 12 produits-candidats à différents stades de développement, qui devraient être commercialisés d'ici 4 ou 5 ans. Sa stratégie repose sur les réglementations US et européenne s’appliquant aux médicaments pour lesquels la sécurité et l’efficacité de molécules spécifiques ont déjà été démontrées. Il s'agit par exemple de médicaments avec de nouveaux dosages ou administrés différemment, ou encore d'une extension d’indication.

Pour le second semestre, Hyloris estime avoir les moyens financiers nécessaires pour poursuivre son développement, en particulier aux États-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés