analyse

IBA sera sous pression en 2020, prévient Jefferies qui "vend" l'action

Peu confiant dans les perspectives 2020 d'IBA, Jefferies a abaissé sa recommandation sur la valeur à "sous-performer" contre "conserver" avant. ©BELGA

Pour Jefferies, les prises de commandes d'IBA vont chuter de 27% en 2020. Le groupe belge devra également baisser ses prix, estime le broker qui recommande de vendre l'action.

Après des années 2017 et 2018 catastrophiques en bourse (avec des chutes de respectivement 43% et de 46%) et une année 2019 placée sous le signe de la stabilisation (+2%), le cru 2020 sera-t-il, enfin, celui de la reprise pour IBA ?

En novembre dernier, le spécialiste de la protonthérapie destinée à traiter des cancers confirmait ses prévisions pour 2019, à savoir un Ebit récurrent positif.

Deux mois plus tard, il annonçait la vente de RadioMed Corporation pour un prix compris entre 14 et 16 millions de dollars. Le reste de la division dosimétrie restera finalement au sein du groupe. Après examen des perspectives, le conseil d’administration a estimé, en effet, que ce choix constituait l’option stratégique la plus convaincante.

Il faudra encore patienter jusqu’à la fin mars, le 26 pour être précis, pour découvrir si le groupe dirigé par Olivier Legrain sera parvenu à concrétiser ses prévisions pour le dernier exercice, et surtout pour disposer d’indications sur les perspectives 2020.

Baisse de la part de marché

Le broker Jefferies, qui est passé à "vendre" sur la valeur et a amputé son objectif de cours de 3,2 euros à 10,8 euros, ne voit pas l’avenir d’IBA en rose. "Nous sommes de plus en plus prudents sur la position d’IBA sur le marché de la protonthérapie dans la mesure où nous nous attendons à une baisse de la part de marché et du 'pricing' en raison d’une plus forte pression concurrentielle de la part de Varian", écrivent les analystes du broker.

Pour 2019, ils évaluent la part de marché de ce dernier dans les prises de commandes à 44%, contre 28% pour le groupe belge. Ils estiment, en outre, que cette dynamique pourrait se poursuivre car Varian a introduit de nouveaux systèmes de protonthérapie ces deux dernières années.

Croissance des revenus divisée par deux

En se basant sur le fait qu'en 2020 le marché sera en ligne avec les 17 systèmes installés en moyenne au cours des trois derniers exercices et que IBA conserve 30% des commandes, les spécialistes de Jefferies arrivent à une chute de 27% dans ses prises de commandes cette année. Ils ne pensent pas que 2020 sera aussi robuste que 2019, à ce niveau, ce qui limite la perspective d’une "marée montante".

En ce qui concerne les prix, ils estiment qu’IBA devra offrir une réduction de 20% sur ses nouveaux équipements dans le court terme.

Tenant compte de tout cela, ils ont divisé par deux à 4% leur estimation de croissance du chiffre d’affaires pour la période 2019-2022 et ils voient la marge Ebit à 4,6% en 2022, contre 8,2% précédemment.

Potentiel de hausse de 30%

À côté de Jefferies, ING est également à la vente sur l’action tandis que deux autres brokers conseillent de la conserver et un seul de l’acheter (KBC Securities).

L’objectif de cours moyen atteint 15,5 euros ce qui représente un potentiel de 30% par rapport au niveau traité en bourse. A la mi-séance, l’action chutait de 10,3 % à 11,54 euros suite à la note de Jefferies.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect