iTeos Therapeutics ou l'irrésistible ascension d'une biotech wallonne

©Olivier Rinchard

iTeos Therapeutics, une biotech carolo spécialisée dans la recherche en immunothérapie pour traiter le cancer, a dû se trouver de nouveaux locaux. La société a de nouvelles installations à l'Aéropole de Gosselies.

Dans le monde bouillonnant des biotechs wallonnes, c’est probablement l’un des développements les plus spectaculaires de ces dernières années: la start-up iTeos Therapeutics, spécialisée dans la recherche en immuno-oncologie, a inauguré lundi ses nouvelles installations sur l’Aéropole de Gosselies en présence du ministre wallon de l’Économie Jean-Claude Marcourt et des investisseurs privés.

Fruit des travaux de la branche belge de l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer (LICR) et de l’Institut de Duve (UCL), iTeos Therapeutics n’a vu le jour qu’en 2012. Mais elle est passée de 4 scientifiques à sa fondation à bientôt une quarantaine de collaborateurs. Une expansion impressionnante qui l’a obligée à trouver – pour la deuxième fois – de nouvelles installations sur le site carolo. En l’occurrence quelque 1.600 m2 au sein du building Eole, l’un des bâtiments phares de l’Aéropole, qui abrite notamment le centre de recherche en aéronautique wallon (Cenaero).

Partenariat avec Pfizer

Dotée à la base d’un capital de 3 millions d’euros, complété par un subside à la recherche de 6 millions d’euros de la Région wallonne, iTeos Therapeutics s’est fait remarquer en concluant fin 2014 une collaboration stratégique avec Pfizer. Le géant américain de la pharma a déboursé 22 millions d’euros pour racheter à iTeos des licences sur le développement de deux programmes (IDO1 et TDO2).

Il s’agit d’une petite molécule et d’un anticorps aptes à stimuler la capacité du système immunitaire à s’attaquer aux cellules cancéreuses, les rendant ainsi plus vulnérables aux traitements. "IDO1 est aujourd’hui en phase 1 d’essai aux Etats-Unis, ce qui signifie que l’on peut estimer qu’il est à 5 ou 7 ans du marché", a expliqué Michel Detheux, cofondateur et CEO d’iTeos Therapeutics, qui précise que la société a dans son pipeline, à une phase avancée, quatre autres programmes de développement prometteurs. "Nous ne voulons pas être bloqués dans un type d’expertise. C’est une stratégie à long terme", a-t-il encore fait valoir.

Pour accélérer et mener à bien le développement de ses projets, iTeos Therapeutics compte procéder en 2017 à une augmentation de capital de 40 millions d’euros, dont 15 à 20 millions de la part des investisseurs privés issus du réseau Beangels.

Actuellement, l’Institut Ludwig reste l’actionnaire le plus important (41%), devant Pfizer, Fund +, le fonds Vives (UCL), Hunza Ventures, la SRIW et les investisseurs privés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect