L'américain Catalent poursuit son extension au BioPark de Gosselies

Le montant de la reprise des installations carolos de Promethera n'a pas été communiqué. ©Promethera

Le groupe pharmaceutique, déjà bien implanté dans le BioPark, reprend les installations de fabrication de thérapie cellulaire de Promethera. Il annonce la création de 200 emplois.

Catalent Pharma poursuit son – spectaculaire – développement en Wallonie: le groupe pharmaceutique américain a conclu un accord pour la reprise de la filiale de fabrication de thérapie cellulaire de Promethera Biosciences, à Gosselies. Le montant de la transaction n'a pas été précisé. En grande difficulté depuis des mois, Promethera, une biotech spécialisée dans la thérapie cellulaire pour les maladies du foie, est engagée dans une profonde restructuration. Elle avait annoncé son intention de se défaire d'actifs à l'étranger et de ses installations de production au Biopark – qui n'étaient pas encore en activité – pour ne conserver que son siège à Mont-Saint-Guibert, où une nouvelle société, Promethera Therapeutics, a été créée.

Une plateforme wallonne

Catalent Pharma est devenu en moins d'un an et demi un acteur majeur du BioPark de Gosselies.

Catalent Pharma est devenu, en moins d'un an et demi, un acteur majeur du BioPark de Gosselies. Le groupe s’était fait remarquer en reprenant, début 2020, MaSTherCell, une CDMO (une société de sous-traitance pharmaceutique) spécialisée dans la production de matériel cellulaire, pour 315 millions de dollars. Fin octobre, le géant américain avait poursuivi ses investissements en Wallonie avec l’acquisition, pour un montant de 12 millions d’euros, de la filiale de production de Bone Therapeutics, située, elle aussi, au sein du Biopark. Cette filiale formait, avec les installations de Promethera qui viennent d'être rachetées, une plateforme wallonne créée en 2013 dans le cadre d'un partenariat public-privé, afin de favoriser la production de médicaments de thérapie cellulaire, une discipline alors balbutiante. Enfin, fin février de cette année, Catalent avait repris pour 55 millions de dollars Delphi Genetics, une autre CDMO du Biopark, qui produit de l'ADN plasmidique pour des thérapies géniques.

3
milliards de dollars
Côté au NYSE, Catalent emploie 15.000 collaborateurs et affiche un chiffre d'affaires de plus de 3 milliards de dollars.

Côté au NYSE, Catalent emploie 15.000 collaborateurs et affiche un chiffre d'affaires de plus de 3 milliards de dollars. Le groupe est aussi une CDMO, mais de taille mondiale.  En Belgique, il possède également un site à Neder-Over-Hembeek, spécialisé dans la production d’injectables.

La dernière opération, a indiqué Catalent dans un communiqué, "accueillera la nouvelle fabrication d'ADN plasmidique (ADNp) à l'échelle commerciale de Catalent et offrira l'opportunité de la croissance immédiate de l'offre de services d'ADNp de Catalent, récemment acquise à Delphi Genetics pour soutenir le pipeline croissant de thérapie cellulaire et génique". L'aménagement de l'installation devrait débuter immédiatement et déboucher sur plus de 200 nouveaux emplois techniques, scientifiques et opérationnels au cours des cinq prochaines années, a précisé Catalent. Si l'on tient compte de la poursuite du développement de Delphi Genetics et surtout, de l'ex-MaSTherCell, qui est en train d'aménager un autre bâtiment de 6.000 m² sur le site de Gosselies, c'est probablement plus du double de postes qui devraient être créés dans le BioPark par le groupe américain.

Une stratégie déterminée

Ces quatre achats rapprochés s'inscrivent donc dans une stratégie bien déterminée. Catalent entend en effet faire de Gosselies son centre d’excellence au niveau européen pour ce qui est du marché des thérapies géniques et cellulaires, des approches de la médecine aujourd'hui en pleine expansion. L’ADN tel que le fabrique Delphi Genetics est en effet la base de toutes les thérapies géniques, qui peuvent être utilisées pour le traitement de nombreuses maladies génétiques, mais aussi pour produire des CAR-T, ces cellules spécifiquement construites pour lutter contre le cancer, ou encore des vaccins, comme certains utilisés contre le Covid-19.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés