L'Etat allemand entre au capital de CureVac, à la recherche d'un vaccin contre le Covid-19

CureVac a pour principal actionnaire (80%) Dietmar Hopp, fondateur de SAP. ©EPA

Le gouvernement allemand entre à hauteur de 23% au capital de CureVac. L’ancienne start-up de Tübingen est engagée dans la recherche d’un vaccin contre le Covid 19. Selon la presse allemande, l’entreprise avait dû faire face en juin à une offensive de Donald Trump.

La  société CureVac, bien placée dans la course pour un vaccin contre le coronavirus, reçoit l’aide de l’Etat fédéral allemand. Le ministre de l’Economie, Peter Altmaier, a expliqué lundi que l’Etat va investir 300 millions d’euros pour acquérir 23% du capital de l’ancienne start-up, par le biais de la banque de crédit et d’investissement KfW.

300
millions d'euros
L’Etat allemand va investir 300 millions d’euros pour acquérir une participation de 23% dans le capital de CureVac.

"La prise de participation doit garantir que l'entreprise ne soit pas rachetée par un investisseur étranger" après son introduction en bourse "prévue à New York en juillet 2020", justifie le ministère dans une note aux députés allemands du Bundestag. "Il est dans l'intérêt certain de l'Etat qu'un approvisionnement de base en vaccins soit garanti pour la population en Allemagne", ajoute ce document.

"La prise de participation doit garantir que l'entreprise ne soit pas rachetée par un investisseur étranger" après son introduction en bourse prévue à New York en juillet 2020.
Le ministère allemand de l'Economie

Convoité par Trump

CuveVac avait été en mars au centre d’une polémique, lorsque la presse allemande avait révélé que Donald Trump aurait tenté de mettre la main sur la société, pour garantir l’accès à un vaccin aux seuls Américains. La société avait démenti, sans parvenir à effacer les soupçons. Le ministère de l’Economie avait dans la foulée répété que Berlin ferait tout son possible pour éviter la reprise hostile d’entreprises stratégiques. CureVac compte 460 salariés et a reçu un soutien financier de 80 millions d’euros de l’Union européenne pour le développement d’un vaccin anti-corona. De premiers essais cliniques sur des personnes saines volontaires doivent démarrer d’ici la fin du mois.

CureVac, née en 2000 à l’université de Tübingen, développe des thérapies fondées sur l’ARN messager. Le principal actionnaire de CureVac - à hauteur de 80% - est Dietmar Hopp, le fondateur de SAP. 

Contexte fébrile

L’annonce de lundi intervient dans un contexte fébrile. Au cours du week-end l’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas avaient annoncé avoir conclu un accord avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pour l’achat de 400 millions de doses d’un vaccin en développement, dont la substance active sera mise au point par le français Novasep et produite sur son site belge de Seneffe.

La fédération allemande des entreprises de recherche dans le domaine pharmaceutique, Vfa, estime à 120 le nombre de projets de vaccins contre le corona à travers le monde. De petits laboratoires comme CureVac ou Biontech à Mainz sont engagés dans une course contre la montre avec de grands groupes comme Sanofi ou GlaxoSmithKline. Selon le cabinet d’audit EY, la branche a développé en un temps record 161 projets de vaccins et 242 principes actifs mais aucune date n’a encore été fixée pour une éventuelle autorisation de mise sur le marché.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés