"L'opinion envers Galapagos continue de se dégrader"

L'action Galapagos a chuté de 16% ce mercredi matin. ©Bloomberg

Les analystes ajustent le tir sur Galapagos après l'annonce de l'abandon du dossier de commercialisation du filgotinib aux Etats-Unis pour le traitement de l'arthrite rhumatoïde.

La roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il n’y pas loin de la gloire à la déchéance, une maxime qui s’applique aussi en bourse comme peut désormais en témoigner Galapagos . Après un début d’année triomphant où rien ne semblait lui résister, propulsant son cours de bourse à un sommet de 250 euros en février, Galapagos dont la valeur a été divisée par trois connaît aujourd’hui une traversée du désert.

En cause, on le sait, les problèmes rencontrés pour l’approbation de son produit-phare, le filgotinib, aux Etats-Unis pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde. Hier soir, Gilead , le partenaire de Galapagos a décidé de jeter le gant. La dose de 200 mg nécessaire pour être concurrentiel là-bas ne pourrait être finalement validée par la FDA qu’au terme de nouveaux essais cliniques substantiels en plus de celui actuellement en cours mesurant l’impact de ce traitement sur la fertilité masculine.

Dans la foulée, les deux partenaires ont décidé de revoir les termes de leur accord conclu l'an dernier. Galapagos va prendre en charge, seul, la commercialisation du filgotinib en Europe et versera des royalties à Gilead. Ce dernier conservera les droits pour les ventes hors Europe - dont le Japon où le médicament a déjà été approuvé.

KBC reste à l'achat

"Nous continuons de considérer les catalyseurs à venir comme étant à haut risque."
Peter Welford.
Analyste chez Jefferies

Un coup dur pour les perspectives du filgotinib aux USA  non seulement pour l’arthrite rhumatoïde mais aussi pour trois autres maladies dont les essais vont s’arrêter - sauf ceux visant une maladie inflammatoire de l'intestin, note Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities qui reste toutefois à l’achat sur la valeur avec un objectif de cours de 110 euros contre 139 euros avant. Cela sera en partie compensé par le fait que la biotech va désormais percevoir l’ensemble des revenus issus de la commercialisation en Europe moins 8 à 15% de royalties versées au groupe américain, tempère l’analyste qui, de son côté, va allouer 160 millions d’euros à la biotech pour financer les coûts commerciaux sur le Vieux Continent .

Dans sa valorisation, le filgotinib ne représente plus dorénavant que 20 euros par action contre 31 euros avant. L’essentiel de la valeur du titre est composé du cash dans les caisses qui s’élèvera en 2021 à 4,4 milliards d’euros, soit 68 euros par action. "Alors que le l'opinion (envers Galapagos, NDLR) continue de se dégrader, la plupart du pipeline (risqué) de Galapagos n’est pas pris en compte dans la valorisation", signale Lenny Van Steenhuyse.

Catalyseurs à haut risque

250
euros
Fin février, l'action Galapagos touchait un plus haut historique à 250 euros. Aujourd'hui, elle n'en vaut plus que 83.

Cette annonce - ajoutée à l’échec de la phase II de l’essai clinique Rocella testant le GLPG1972 dans le traitement de l’arthrose - a entamé la confiance envers Galapagos, note pour sa part Peter Welford de Jefferies. "Nous continuons de considérer les catalyseurs à venir comme étant à haut risque, notamment les résultats intermédiaires de la phase III du ziritaxestat dans la fibrose pulmonaire", ajoute-t-il. Il reste toutefois à "conserver" sur la valeur avec un target inchangé à 118 euros.

Pour Benoît Louage de Degroof Petercam, l’annonce d’hier soir ne constitue pas vraiment une surprise. L’analyste avait déjà mis en garde sur les différents scénarios négatifs concernant ce dossier. Il n’en reste pas moins que cela constitue un revers malheureux pour le filgotinib, estime-t-il. L’aspect positif, c’est que Galapagos détient désormais tous les droits en Europe mais il reste à voir ce que cela va précisément exiger en termes d’investissement. Il a décidé de mettre sa recommandation et son objectif de cours à l'examen en attendant des informations complémentaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés