L'Union européenne met la pression sur AstraZeneca

Le vaccin d'AstraZeneca devrait être approuvé par l'Agence européenne des médicaments (EMA) le 29 janvier et les premières livraisons sont attendues le 15 février. ©REUTERS

Les retards de livraison du vaccin d'AstraZeneca tombent au plus mauvais moment pour les pays européens. Merck et l'Institut Pasteur abandonnent.

Les instances européennes ont mis la pression lundi sur AstraZeneca, jugeant inacceptables les retards de livraison de son vaccin contre le Covid. Alors que le feu vert réglementaire de l'UE pour ce vaccin - déjà déployé au Royaume-Uni - est attendu vendredi, le laboratoire britannico-suédois a annoncé la semaine dernière que les livraisons seraient moins importantes que prévu au premier trimestre en raison d'une baisse de rendement sur un site de fabrication européen.

La Commission a signé un contrat pour précommander jusqu'à 400 millions de doses du vaccin AstraZeneca/Oxford, qui présente l'avantage d'être moins cher à produire que ses rivaux, tout étant plus facile à stocker et transporter. Le groupe réduirait probablement ses livraisons de vaccin à l'UE d'environ 60%, à 31 millions de doses, au premier trimestre. Une tuile pour les pays du Vieux continent, qui sont pour la plupart confrontés à un nouveau rebond de la pandémie et à l'arrivée de nouveaux variants du virus, plus contagieux.

Les explications qu'AstraZeneca a fournies au sujet de la réduction de ses livraisons "n'ont jusqu'à présent pas été satisfaisantes".
Stella Kyriakides
Commissaire européenne à la Santé

Les explications qu'AstraZeneca a fournies au sujet de la réduction de ses livraisons "n'ont jusqu'à présent pas été satisfaisantes", a jugé lundi la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, après une première rencontre avec des représentants du laboratoire. Un deuxième entretien était prévu lundi soir. Les représentants européens ont réclamé à AstraZeneca - et aux autres fabricants - qu'ils indiquent auprès de la Commission les quantités qu'ils doivent livrer hors Union européenne.

AstraZeneca n'a pas fait de commentaire lundi. Selon Reuters, qui cite une source européenne, cette baisse des livraisons serait imputable à des problèmes de production dans l'usine belge de Seneffe, gérée jusqu'à récemment par le partenaire français d'AstraZeneca, Novasep. Ce site, qui fabrique une partie du vaccin, a été repris le 15 janvier par l'américain Thermo Fisher Scientific. Il n'a pas été possible d'obtenir une réaction auprès du groupe américain, ni de confirmation de cette information dans les instances communautaires.

Vaccins pas plus efficaces

Alors que les laboratoires qui ont déjà reçu l'autorisation pour leur propre vaccin peinent à répondre à la demande, un autre groupe pharmaceutique, l'américain Merck, a annoncé lundi qu'il interrompait le travail sur deux potentiels vaccins contre le Covid-19, dont celui développé en collaboration avec l'Institut Pasteur en France, estimant qu'ils n'étaient pas plus efficaces que ceux développés par d'autres sociétés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés