La Belgique penche pour le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid

Le vaccin AstraZeneca sera avant tout réservé pour des groupes prioritaires. ©EPA

Le comité scientifique consultatif a décidé que dans la lutte contre le coronavirus, la Belgique pouvait procéder à l'achat du vaccin en développement d'AstraZeneca.

L'intérêt des autorités belges pour le vaccin de AstraZeneca pour lutter contre la pandémie du coronavirus se concrétise. Le comité scientifique consultatif a décidé que la Belgique pouvait procéder à l'achat de ce vaccin. La décision finale appartient maintenant à la Conférence interministérielle de santé publique (IMC).

Les observateurs avançaient déjà que la Belgique favoriserait probablement l'achat d'un vaccin produit en Belgique. C'est le cas de celui-ci. Le principe actif du vaccin d'AstraZeneca sera produit sur le site de Seneffe du groupe français Novasep.

Deal avec les autres

Dans le cadre de la course mondiale pour assurer l'approvisionnement en vaccins anti-corona, la Commission européenne a signé cet été un accord avec le laboratoire britannique Astrazeneca pour 300 millions de doses de son vaccin.

La Commission redistribuera ultérieurement les vaccins à la population de tous les États membres d'une part et aux pays en développement d'autre part. Mais les Etats membres qui reçoivent le dossier gardent le choix d'adhérer ou non au système... et d'y apporter leur contribution financière.

3 milliards
doses
L'objectif d'approvisionnement mondial du vaccin de AstraZeneca a été porté à 3 milliards de doses avec l'accord européen.

AstraZeneca a déjà conclu un accord avec l'Allemagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas pour la fourniture de 300 millions de doses. Jusqu'ici, la Belgique n'avait pas voulu faire partie du deal.

Vendredi dernier, l'entreprise britannique s'accordait aussi avec l'Union européenne sur 400 millions de doses, avec une option pour 100 millions supplémentaires. Son propre objectif d'approvisionnement mondial était alors porté à 3 milliards de doses.

La Commission européenne est par ailleurs toujours en discussion approfondie avec Johnson & Johnson, la société mère de Janssen Pharmaceutica, et le tandem Sanofi-GlaxoSmithKline. Des "discussions exploratoires" avec l'allemand Curevac sont également en cours.

Personnes prioritaires

La recherche sur ce vaccin, développé par l'université d'Oxford, est l'un des projets les plus avancés au monde et n'a reçu "aucune critique" du comité consultatif belge. Ce comité, composé d'experts académiques, de membres de l'AFMPS, du SFP Santé de Sciensano et des Communautés, a été mis en place pour évaluer les dossiers d'achat sur la base, entre autres, des connaissances scientifiques, des effets secondaires possibles du vaccin et du coût.

Ce blanc-seing scientifique acquis, l'achat de vaccins AstraZeneca dépend maintenant d'un feu vert des responsables politiques.

Si le vaccin provoque des effets secondaires nocifs après quelques années, AstraZeneca est protégé contre les poursuites.

Mais un éventuel accord ne signifiera pas que le vaccin AstraZeneca sera bientôt disponible pour tous les Belges. Il faudra encore des mois de travail pour terminer le développement et accélérer la production. Ensuite, les vaccins seront utilisés prioritairement pour les personnes âgées, les agents de santé et les groupes à risque. La Belgique pense avoir besoin de 4 millions de doses pour vacciner ces publics prioritaires.

Pas responsable des effets secondaires

Si des problèmes d'efficacité ou d'effets secondaires surviennent au cours des études en cours sur le vaccin et que le vaccin ne reçoit pas le feu vert de l'Agence européenne des médicaments à la fin du voyage, le contrat sera résilié.

Mais Het Laatste Nieuws affirme que la société pharmaceutique impose aussi une clause se dédouanant de toute responsabilité. En termes simples, si le vaccin provoque des effets secondaires nocifs après quelques années, AstraZeneca serait protégé contre les poursuites.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés