La Belgique, zone de tests cliniques prisée par les géants de la pharma

©Pfizer

"Ce ne sont pas exactement des vacances, mais presque. Des vacances extrêmement encadrées." Sébastien est ce qu’on appelle un "volontaire sain": ce quadra français fait partie d’une réserve de quelque 35.000 personnes en bonne santé (pour la plupart des hommes âgés de 30 à 45 ans) qui participent aux études cliniques menées par l’entreprise pharmaceutique américaine Pfizer en Belgique.

"Mon père est décédé d’un cancer, ce qui explique mon choix. J’en suis maintenant à ma cinquième participation à une étude de Pfizer . Ici, il y a du confort et tout est fait pour que l’on se sente bien. Télévision, ordinateur, jeux, livres: il y a pas mal de distractions, sauf peut-être une piscine. Mais les horaires sont très stricts, que ce soit pour l’administration des produits, les prises de sang ou les repas", fait-il observer en désignant une des nombreuses horloges murales, précise à la seconde près. Et pas question non plus de sortir: les volontaires sont confinés dans l’unité de quelques jours jusqu’à quatre, voire cinq semaines, avec par la suite des rappels pour certains contrôles. Dernière contrainte: des caméras filment quasiment en permanence, avec toutefois des règles adaptées suivant le statut des participants à l’étude.

Les chiffres

25 études par an

En moyenne, 25 études et projets de recherche sont menés annuellement par la seule unité de recherche clinique de Pfizer à Bruxelles (PCRU).

170.000 participants belges

Sur une base annuelle, plus de 170.000 Belges prennent part à des essais cliniques. En 2016, 1.399 essais cliniques ont été menés chez nous, dont plus de 80% par l’industrie pharmaceutique.En moyenne, entre 10 et 12% des essais cliniques réalisés en Europe le sont en Belgique.Près d’un tiers (29%) des demandes d’essais cliniques introduites en Belgique concernent le cancer.

15 jours

Avec une procédure d’évaluation d’à peine 15 jours avant le lancement d’une étude, la Belgique est le leader européen en la matière.

120 euros de dédommagement

Le dédommagement moyen est de 120 euros par jour et est variable en fonction de l’impact sur la vie du participant. Le montant est validé par un comité d’éthique indépendant de l’entreprise qui organise l’essai.

Les effets secondaires du viagra

C’est en 1992 que le géant américain a décidé d’implanter en Belgique, sur le site de l’hôpital de jour Erasme à Anderlecht, une de ses deux unités de recherche clinique (PCRU). L’autre se trouve à New Haven, aux États-Unis. Une installation qui ne doit rien au hasard. La Belgique est en effet une terre d’accueil pour les études cliniques, indique-t-on chez pharma.be, l’association de l’industrie du médicament: elle occupe actuellement la deuxième position en Europe en termes de nombre d’études cliniques par habitant, juste derrière le Danemark.

En un quart de siècle, Pfizer a mené 503 études cliniques en Belgique, qui ont débouché sur la mise au point d’au moins 14 nouveaux médicaments, ont indiqué jeudi les responsables de la firme US lors d’une cérémonie au Musée de la Médecine, situé également à Erasme.

Des médicaments contre des affections telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, l’hépatite C ou le diabète ont notamment été testés à Anderlecht. C’est là aussi qu’une désormais célèbre pilule bleue, conçue initialement pour lutter contre la douleur thoracique intermittente, a révélé des effets secondaires inattendus. Le Viagra, car c’est bien de cette molécule dont il s’agit, est aujourd’hui majoritairement utilisé contre l’impuissance.

La Pfizer Clinical Research Unit d’Erasme mène des études de phase 1 de recherche clinique, qui correspondent au premier moment où un médicament expérimental est administré aux humains afin d’en mesurer les effets sur le corps. L’unité dispose de 48 lits pour volontaires sains, qui testent les futurs médicaments sous la surveillance étroite de 62 membres du personnel. Quelques études sont également menées sur des patients, notamment des personnes souffrant d’obésité ou avec un taux de cholestérol légèrement trop élevé.

Niveau de sécurité très élevé

"Pour le recrutement, nous envoyons un e-mail aux volontaires repris dans la banque de données avec les informations et les protocoles sur les études; ils peuvent voir également si les dates leur conviennent, explique le docteur Anna Colzi, senior medical director de la PCRU. Pour les patients, c’est un peu différent, cela passe par une collaboration avec un médecin spécialiste de la maladie que l’on étudie, qui dira si le patient est disponible. Mais il est important de rappeler que la phase 1 ne va pas apporter de bénéfice thérapeutique au patient. C’est avant tout une étude où l’on regarde la tolérance et la sécurité du produit. On cherche à comprendre comment le médicament interagit avec un corps humain sain ou un patient."

"La phase 1 ne va pas apporter de bénéfice thérapeutique au patient."
anna colzi
Senior Medical Director de la PCRU

La proximité de l’hôpital "permet d’avoir une bonne collaboration avec les médecins et de profiter de leur expertise. On peut ainsi assurer un niveau de sécurité très élevé pour les éventuelles situations d’urgence", précise de son côté Caroline Constandt, responsable du recrutement des volontaires, en précisant qu’il n’y a jamais eu dans l’unité, en 25 ans d’existence, d’incident sérieux liés à des effets secondaires. "Le deuxième avantage de partager les mêmes bâtiments que l’hôpital universitaire, ce sont les facilités que celui-ci peut offrir pour certains prélèvements particuliers plus difficiles."

Diane Kleinermans, conseillère essais cliniques au cabinet de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block, a souligné de son côté l’importance des mesures, qu’elles soient législatives ou financières, prises par le gouvernement belge pour que les géants de la pharma continuent à privilégier la Belgique. L’équipe Michel a ainsi décrété la gratuité de la demande des essais cliniques, contre 5.000 euros environ auparavant. La Belgique compte neuf centres d’essais cliniques de phase 1, dont deux financés par des firmes pharmaceutiques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés