Publicité

La biotech Bone Therapeutics sur le fil du rasoir

Bone Therapeutics ne pèse plus que 22,7 millions d'euros en bourse. ©DB60042600

Bone Therapeutics, dont la visibilité financière est limitée à quelques mois, est à la recherche d'un partenaire.

Pour Bone Therapeutics , le temps presse. Et c’est un euphémisme. Cette biotech wallonne doit rapidement trouver du cash ou nouer un partenariat ou une alliance si elle veut poursuivre sereinement ses activités focalisées sur la thérapie cellulaire en orthopédie.

9,3
millions d'euros
Fin septembre, la trésorerie de Bone Therapeutics s'élevait à 9,3 millions d'euros.

Après deux échecs cuisants à l’issue d’essais cliniques de phase trois, l’un en 2018 portant sur l’ostéonécrose de la hanche, et l’autre en août dernier, avec un gel contre l’arthrose, l’action de Bone approche dangereusement du statut de "penny stock". Elle se négocie aujourd’hui autour de 1,4 euro alors qu’elle a été introduite en bourse en 2015 au prix de 16 euros. Sa capitalisation boursière n’atteint plus que 22,4 millions d’euros.

Premier trimestre 2022

Les espoirs de la biotech reposent principalement sur une étude clinique de phase IIb évaluant l’Allob dans les fractures difficiles du tibia. Les résultats sont attendus pour la fin de l’année prochaine, mais un retard d’un trimestre n’est pas à exclure.

Le hic, c’est qu’à ce stade (fin septembre pour être précis), les caisses ne contiennent plus que 9,3 millions d’euros, ce qui, compte tenu d’une consommation nette de trésorerie qui devrait être comprise entre 16 millions et 18 millions d’euros pour 2021, limite la visibilité financière à la fin du premier trimestre 2022.

Difficile, dans ce contexte, de convaincre de nouveaux investisseurs de mettre la main à la poche.

Partenariat

Reste l’option d’un partenariat, d’une alliance, voire d’un rachat. Début septembre, on a ainsi appris que la société française Hybrigenics a pris contact avec Bone afin d’examiner la combinaison de certaines activités au sein de la biotech wallonne.

Bone Therapeutics va mandater une organisation tierce afin d’évaluer toutes les possibilités de partenariat et de M&A (fusions et acquisitions).

Aujourd’hui, cette dernière a indiqué qu’elle entendait mandater une "organisation tierce afin d’évaluer toutes les possibilités de partenariat et de M&A (fusions et acquisitions)." Le mois dernier, au moment de l’annonce de la nomination de Lieve Creten comme directrice financière par intérim, la biotech vantait son expertise dans les fusions-acquisitions...

Du côté des analystes, seul Kepler Cheuvreux assure encore le suivi de la valeur. Sa recommandation est à "conserver" avec un objectif de cours de 1,8 euro.

En bref

  • La trésorerie de Bone Therapeutics s’est réduite à 9,3 millions d’euros, limitant fortement sa visibilité financière.
  • La biotech cherche donc un partenaire ou un allié pour financer la poursuite de ses activités.
  • Après deux échecs retentissants, ses espoirs reposent sur une étude clinique de phase IIb dont les résultats sont attendu fin 2022.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés