La biotech Kiadis fourbit ses armes contre le Covid-19

Le programme K-NK-ID101 développé par Kiadis cible le Covid-19 ©Kiadis

Kiadis a reçu 9,5 millions de dollars afin de financer son programme clinique à base de cellules tueuses visant le nouveau coronavirus. Le titre a bondit de 10,65%.

Focalisée sur le traitement des cancers via des cellules dites "tueuses naturelles" (K-NK), la biotech néerlandaise Kiadis , cotée sur Euronext Bruxelles, a étendu récemment le champ de ses recherches au Covid-19.

À la mi-août, elle a annoncé le lancement d’un nouveau programme clinique baptisé K-NK-ID101 visant cette maladie et s’est assurée la collaboration de cinq institutions aux Pays-Bas. Ce programme clinique porte sur l'élimination, par les cellules K-NK, du virus SRAS-CoV-2 et des cellules infectées par des virus, et les synergies entre les anticorps monoclonaux, les vaccins et ces cellules tueuses.

Financement

Ces derniers jours, les événements se sont accélérés. Kiadis a dévoilé, lundi, une collaboration avec un institut de recherche américain afin de développer des cellules NK en tant que thérapie préventive post-exposition au Covid-19. De son côté, la FDA a donné son feu vert à cet institut pour le lancement d’une étude clinique en phase 1/2a.

"Au fil du temps, les cellules K-NK pourraient être développées pour protéger les patients immunodéprimés et à haut risque contre des infections respiratoires saisonnières."
Arthur Lahr
CEO de Kiadis

Ce mardi, Kiadis a reçu un financement de 9,5 millions de dollars de la part du programme BioFabUSA de l’Institut de production régénérative avancée (ARMI), en partenariat avec le département américain de la Défense. Il servira à déployer le programme K-NK-ID101 ciblant le Covid-19.

"Au fil du temps, les cellules K-NK pourraient être développées pour protéger les patients immunodéprimés et à haut risque contre de multiples infections respiratoires saisonnières, y compris la grippe et le virus respiratoire syncytial, seules ou en association avec des vaccins et des anticorps", estime Arthur Lahr, le CEO de Kiadis dans un communiqué.

Risque considérable

2,8
euros
KBC Securities a relevé son objectif de cours sur Kiadis à 2,80 euros. Le conseil reste à "conserver".

Chez KBC Securities, Lenny Van Steenhuyse et Sandra Cauwenberghs soulignent que la biotech va pouvoir, grâce à ces fonds, mettre en place des capacités de production qui impacteront également les programmes liés à l’oncologie. Ils notent aussi qu’il sera intéressant d’observer dans quelle mesure la thérapie NK peut concurrencer la technologie des anticorps dans la mise en place d’un traitement prophylactique auprès de patients immunodéprimés.

Ajoutant ce financement de 8 millions d’euros à la position de cash de Kiadis, estimée à 32 millions d’euros, les analystes ont relevé leur objectif de cours à 2,8 euros, contre 2,5 euros avant. Ils reconnaissent que la biotech réalise des progrès dans le développement de sa plateforme K-NK mais le risque reste considérable et les dépenses en capitaux élevées. Leur recommandation reste donc à "conserver".

Kiadis publiera ses résultats semestriels le 30 septembre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés