Publicité

La biotech vétérinaire carolo TheraVet entre en bourse

Enrico Bastianelli, fondateur et CEO de TheraVet.

La société créée par Enrico Bastianelli veut lever 6 à 8 millions sur le marché des valeurs de croissance à Bruxelles et à Paris.

Pour la première fois, une société de biotechnologie belge spécialisée dans la santé animale va faire son entrée en bourse à Bruxelles: TheraVet, une petite entreprise carolo spécialisée dans les traitements des maladies ostéo-articulaires des animaux va rejoindre le marché des valeurs de croissance Euronext Growth (ex-Alternext) à Bruxelles et à Paris.

16
milliards USD
Le marché de la santé des animaux de compagnie est estimé à plus de 16 milliards de dollars.

Installée à Jumet, TheraVet a été créée en 2017 par l’ancien CEO et fondateur de Bone Therapeutics, Enrico Bastianelli, qui a été attiré par le potentiel important de la médecine vétérinaire. Même si la santé animale n'est qu'une goutte d'eau par rapport à l'énorme marché des médicaments pour humains, il s'agit d'un segment en pleine expansion, considéré comme plus facile d'accès et qui comporte de nombreux besoins non satisfaits. "Le marché de la santé des animaux de compagnie est en très forte croissance et a résisté aux crises", relève Enrico Bastianelli. "Il est estimé à plus de 16 milliards de dollars, soit environ 40% des dépenses totales des soins vétérinaires. Il devrait atteindre 24 milliards en 2026, soit une croissance de 5,7% par an sur les 5 prochaines années", précise le CEO, qui épingle notamment la multiplication des cliniques vétérinaires.

Des besoins non satisfaits

TheraVet entend lever 6 millions d'euros lors d'un placement global, avec une possibilité d'extension jusqu'à 8 millions. C'est une opération publique pour les investisseurs institutionnels en France et en Belgique, mais qui n'est ouverte aux particuliers que dans l'Hexagone, pour des raisons techniques et réglementaires spécifiques à la Belgique. La période de l'offre court du 26 mai au 10 juin. Les actions sont proposées à 9,60 euros.

"Euronext Growth est plus dimensionné aux montants que l'on souhaitait lever."
Enrico Bastianelli
Fondateur et CEO de TheraVet

"Euronext Growth est plus dimensionné aux montants que l'on souhaitait lever", souligne Enrico Bastianelli. "La procédure est un peu plus simple et il y a moins de contraintes par rapport au marché réglementé. Cela facilite la mise en place du dossier. Les autorités de contrôle ont évidemment un droit de regard, mais a posteriori, après l'opération."

Un ciment injectable

Les fonds levés serviront à financer le développement clinique et commercial des traitements de la biotech. Bien qu'étant une société très jeune, TheraVet possède déjà deux produits principaux en portefeuille, dont un ciment injectable, appelé BioceraVet, qui vient d'être lancé sur le marché vétérinaire orthopédique belge et qui sera rapidement disponible en France et aux Pays-Bas. Ce substitut osseux se veut une alternative innovante aux greffes autologues pratiquées aujourd'hui, qui sont souvent traumatisantes pour l'animal.

TheraVet a lancé une étude clinique pour le ciment osseux BioceraVet, bien qu'il soit considéré comme un dispositif médical.

TheraVet a lancé une étude clinique pour ce produit, bien qu'il soit considéré comme un dispositif médical, ce qui permet une mise sur le marché accélérée. "L'objectif est d'apporter des preuves scientifiques solides, malgré le fait que la réglementation ne le demande pas spécialement", note le CEO. Outre la chirurgie osseuse, TheraVet cherche aussi à cibler avec ce ciment synthétique l’ostéosarcome, le cancer des os le plus fréquent chez le chien.

Gestion de la douleur

La société développe par ailleurs un traitement visco-antalgique (appelé ViscoVet), à base d'acide hyaluronique enrichi, destiné à réduire la douleur et la boiterie associées à l'arthrose chez le chien. Actuellement, les traitements de cette maladie sont la plupart du temps limités à la gestion de la douleur. Ce gel sera commercialisé plus tard (2024 en Europe et 2025 aux USA) car il nécessite des études cliniques confirmatoires.

TheraVet se veut une structure agile: elle est articulée sur un modèle de sous-traitance, et compte une bonne douzaine de collaborateurs, dont une personne au Texas, où elle a créé une antenne. La petite biotech a levé 4 millions d'euros fin 2020, dont une partie auprès de ses actionnaires historiques, à savoir le fonds Theodorus III, Innovation Fund, les fonds d'investissement régionaux Financière Spin-Off Luxembourgeoise et Luxembourg Développement Europe 2, ainsi que des business angels. L'équipe de TheraVet comprend notamment deux anciens membres de chez Bone Therapeutics, Julie Winand (Chief Corporate Officer) et Sabrina Ena (Chief Operating Officer), qui ont accompagné Enrico Bastianelli dans son nouveau projet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés