La biotech wallonne iTeos va faire son entrée sur le Nasdaq

Michel Detheux, CEO d'iTeos Therapeutics. ©Anthony Dehez

Après une levée de fonds record il y a moins de trois mois, la biotech wallonne annonce son introduction prochaine sur le Nasdaq américain. Une consécration pour cette entreprise du Biopark de Gosselies, spécialisée dans les traitements par immunothérapie contre le cancer.

Trois mois après avoir bouclé une nouvelle levée de fonds record, la biotech wallonne iTeos Therapeutics va faire son entrée sur le Nasdaq. L'entreprise a en effet dévoilé son dossier de demande d'introduction en bourse (IPO) auprès de la SEC, le régulateur américain, a annoncé mercredi soir dans un communiqué la bourse de Wall Street à forte coloration technologique. L'objectif de cette IPO est de récolter jusqu'à cent millions de dollars de moyens financiers. Les banques JPMorgan, SVB Leerink et Piper Sandler accompagnent la société belgo-américaine lors de cette opération. On ne sait pas encore à quel montant les actions seront proposées.

Spin-off de l'UCLouvain et de l'Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer, iTeos est spécialisée dans les traitements par immunothérapie contre le cancer. Son QG et toutes ses installations de recherche sont dans le Biopark de Gosselies, mais elle possède aussi un site américain à Cambridge (Boston), dans le Massachusetts, où s'est établi le CEO, Michel Detheux. Véritable révolution dans le traitement des cancers, l'immuno-oncologie consiste à "éduquer" le système immunitaire pour qu'il reconnaisse et attaque ainsi  les tumeurs, qu'elles soient solides ou liquides.

Cinq nouveaux investisseurs

Début avril, l'entreprise a récolté 125 millions de dollars au cours d'un nouveau round, le plus important de l'histoire de la biotechnologie wallonne et même le plus grand tour de capital pour une entreprise en croissance non cotée dans notre pays. Cinq nouveaux investisseurs américains ont fait leur entrée à cette occasion: RA Capital Management et Boxer Capital – en tant que leaders –, ainsi que Janus Henderson Investors, RTW Investments et Invus. Ils ont apporté quelque 80 millions de dollars, signe de l'intérêt que suscite iTeos outre-Atlantique. Ces cinq nouveaux entrants ont rejoint les investisseurs précédents, à savoir MPM Capital, HBM Partners, 6 Dimensions Capital, Curative Ventures, Fund+, Vives Louvain Fonds technologique, ainsi que les invests publics belges SRIW et SFPI.

125
millions
iTeos avait récolté 125 millions de dollars début avril au cours d'un nouveau round.

iTeos a deux importants programmes en développement avancé. Le premier est un produit candidat appelé EOS-850, qui fait l'objet d'une étude clinique de phase 1/2 avec des patients atteints de différentes tumeurs solides. Cette molécule s'attaque aux mécanismes que les tumeurs mettent en place pour échapper au système immunitaire, que celui-ci soit stimulé par des médicaments (dans le cas d'une immunothérapie) ou qu'il s'agisse de la réponse normale face à différents types d'agressions. Cette étude, qui se déroule entre autres dans différents centres en Belgique, est menée en monothérapie, mais également en complément avec un traitement anti-cancer déjà utilisé. iTeos a en effet conclu fin 2019 un accord avec le groupe américain Merck pour évaluer l'innocuité et l'efficacité de son produit-phare en combinaison avec le traitement d'immunothérapie Keytruda.

La biotech carolo vient par ailleurs de débuter la première partie d’un autre essai clinique de phase 1/2 pour un deuxième produit candidat, un anticorps (dénommé EOS-448) qui cible un antigène spécifique. Ce deuxième produit vise à la fois des cancers solides et des tumeurs malignes hématologiques. Il fait partie d'une nouvelle classe d'immunothérapies très prometteuses connues sous l'acronyme TIGIT.

Processus complexe

Le processus d’une IPO sur le Nasdaq est complexe et très encadré. Entre le moment où une entreprise rend son dossier public suite à des échanges d’informations avec la SEC (ce qu'a fait iTeos mercredi soir) et le lancement de l’IPO, il se déroule entre 15 et 25 jours. Si une introduction sur le Nasdaq peut rapporter gros, sa préparation peut aussi coûter une somme non négligeable, évaluée en moyenne à 10 millions de dollars, y compris les frais des banquiers, qui représentent à eux seuls 7%.

Le processus d’une IPO sur le Nasdaq est complexe et très encadré.

Le marché américain est très porteur actuellement et plusieurs IPO ont été des succès, avec des valorisations très importantes. On considère que les États-Unis ont une base plus importante d’asset managers et d'analystes spécialisés dans les biotechnologies, ce qui offre des opportunités pour une société européenne. La seule région de Boston, où se situe le site américain d'iTeos, abrite quant à elle un nombre incalculable de sociétés de biotechnologie. 

La région de Boston, où se situe le site américain d'iTeos, abrite un nombre incalculable de sociétés de biotechnologie.

Selon les spécialistes, l’une des clés pour attirer les investisseurs américains est un flux régulier de nouvelles concrètes qui illustrent bien l'évolution du développement des projets. Ce qui ne devrait pas poser de problème à iTeos, avec ses deux grands programmes de développement clinique.

D'autres belges

Plusieurs entreprises belges du secteur sont déjà présentes sur le Nasdaq: Galapagos (qui avait ouvert le bal en mai 2015), Argenx, Celyad, Oxurion (ex-Thrombogenics), MDxHealth, sans compter Materialise (impression 3D). Deux autres biotechs de notre pays ont également fait un passage sur la place new-yorkaise, mais s’en sont retirées en 2018: Tigenix, suite à sa reprise par le japonais Takeda, ainsi que Ablynx, rachetée par le français Sanofi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés