La conversion du carnet de commandes d'IBA s'est accélérée

Olivier Legrain CEO d'IBA. ©BELGA

Quelque 21 projets de protonthérapie sont en cours de construction, indique IBA, qui maintient ses prévisions de Rebit positif pour l’année.

Comme prévu, la conversion du carnet de commandes d’IBA s’est accélérée dans la seconde moitié de l’année 2019, avec 21 projets de protonthérapie en cours de construction, indique ce jeudi le numéro un mondial de la protonthérapie dans une déclaration intermédiaire pour le troisième trimestre de l’année. La protonthérapie est une technique consistant à injecter des protons (en les accélérant) directement sur les cellules cancéreuses.

La société de Louvain-La-Neuve ne publie plus de résultats financiers trimestriels et se contente de maintenir ses prévisions d’un Rebit positif pour 2019. Elle souligne qu’elle a vendu un total de 7 salles à travers le monde cette année, dont un système Proteus PLUS à cinq salles à Shenzhen, le cinquième du genre en Chine, qui est un marché particulièrement important pour la croissance future de l’entreprise. Les responsables d’IBA participeront à la mission princière belge qui débute lundi en Chine.

À ce jour, IBA a vendu un total de 53 centres de protonthérapie incluant 23 systèmes compacts à salle unique Proteus ONE, parmi lesquels neuf sont en activité. À la fin du troisième trimestre 2019, 21 projets IBA internationaux étaient donc en cours de construction, en ce compris 14 Proteus ONE et sept Proteus PLUS.

Futures technologies

Grâce à cette hausse, "nos activités de Services ne cessent de se renforcer" s’est réjoui le CEO d’IBA, Olivier Legrain, cité dans le communiqué. "Le nombre de centres de protonthérapie en activité va augmenter de 32 centres aujourd’hui à potentiellement 50 dans les années à venir. Notre division Autres Accélérateurs demeure solide avec 11 systèmes déjà vendus au cours de ce second semestre 2019, ce qui porte à 20 le nombre total de systèmes vendus depuis le début de l'année " a-t-il ajouté.

Quelque 200.000 patients ont déjà été traités à travers le monde par protonthérapie, selon IBA. "Nous restons confiants sur le potentiel à long-terme du marché global de la protonthérapie pour lequel nous continuons à observer un intérêt important à travers le monde, aux États-Unis, en Europe et en Chine. De plus, nos investissements continus dans les futures technologies, incluant l’arc thérapie et l’irradiation Flash, nous permettront de maintenir notre offre à la pointe de la technologie et de soutenir la croissance future de nos activités " a encore précisé Olivier Legrain.

L'arc thérapie permet une plus grande vitesse pour traiter plus de patients dans une salle de protonthérapie, ce qui améliore le business modèle des clients. La flash thérapie, plus disruptive mais à plus long terme, consiste, quant à elle, à escalader la dose thérapeutique de façon ultime et à la délivrer en une seule fraction. Cela permet de mieux éradiquer une tumeur sans que les tissus sains soient impactés.

Lire également

Publicité
Publicité