La medtech belge Nyxoah lance son IPO

Olivier Taelman, le CEO de Nyxoah

Dès aujourd'hui, les investisseurs peuvent souscrire aux actions nouvelles offertes par Nyxoah. La fourchette de prix a été fixée entre 14 euros et 17 euros.

La medtech wallonne Nyxoah spécialisée dans le traitement des troubles respiratoires du sommeil a donné le coup d’envoi de son introduction en bourse (IPO).

Dès ce mercredi 9 septembre et jusqu’au 21 septembre au plus tard (pour les actionnaires privés), les investisseurs pourront souscrire aux 3.871.000 actions nouvelles offertes dans le cadre de cette opération. Ce nombre pourra être augmenté de 15% via une option d’augmentation.

Entre 60 millions et 79 millions

La fourchette de prix a été fixée entre 14 euros et 17 euros par titre. En tenant compte d’un prix médian et en fonction de l’exercice des options de surallocation et d’augmentation, le montant total  récolté se situera entre 60 millions et 79 millions d’euros.

Certains investisseurs dont les actionnaires existants et des membres du conseil d'administration et de la direction se sont engagés à participer à cette souscription à hauteur d'un montant de 23 millions d'euros.

Le prix définitif devrait être communiqué le 23 septembre et la cotation sur Euronext Bruxelles devrait intervenir le 24 septembre.

L’IPO comporte notamment une offre publique pour les investisseurs privés et institutionnels en Belgique et un placement privé aux États-Unis.

En tenant compte du haut de la fourchette et de l'exercice des deux options (augmentation et surallocation) la valorisation de Nyxoah atteint 376 millions d'euros.

Première cotation le 24 septembre

Le prix définitif devrait être communiqué le 23 septembre et la cotation sur Euronext Bruxelles devrait intervenir le 24 septembre ou aux environs de cette date, précise Nyxoah.

Degroof Petercam et Belfius Banque sont les coordinateurs globaux de cette offre.

Genio

Basée à Mont-Saint-Guibert, Nyxoah développe et commercialise le système Genio, une thérapie de neurostimulation bilatérale qui traite le syndrome d'apnées obstructives du sommeil et qui a obtenu le marquage "CE".

Avec les fonds récoltés, la medtech compte, entre autres, mener des études cliniques aux États-Unis, en Europe et en Australie (27,5 millions d'euros) et financer le développement de produits et les activités de recherche et développement (14,5 millions d'euros).

L'IPO de Nyxoah lui coûtera 7 millions d'euros environ

Outre la trentaine de pages consacrées aux différents risques que peut rencontrer la société et donc ses actionnaires présents et futurs-une énumération exhaustive et incontournable dans ce genre d’opération- le prospectus de l’IPO de Nyxoah (328 pages) nous apprend que cette opération qui lui permettra de lever un maximum de 79 millions d’euros lui coûtera en frais divers 4,3 millions d’euros. A cela s’ajoute les frais et commissions pour les banques qui seront compris entre 2,5 et 3,4 millions d’euros. On avoisine donc les 7 millions d'euros.

On constate également -et ce n’est pas une surprise, non plus, dans le secteur des biotechs- que l’an dernier Nyxoah qui emploie aujourd’hui une cinquantaine de personnes a affiché une perte d’exploitation de 6,5 millions d’euros contre une perte de 8,5 millions un an plus tôt. Au 30 juin 2020, elle atteignait 3,6 millions d’euros.

Trésorerie de 24 millions d'euros

En juillet 2020, Nyxoah a commencé à toucher des revenus issus des ventes de Genio son petit stimulateur implantable destiné à lutter contre le syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Elle estime le prix moyen d’un système de stimulation du nerf hypoglosse à 20.000 euros et table sur une marge brute de 80%.

A mi-2020, la trésorerie de la medtech s’élevait à 23,9 millions d’euros contre seulement 5,9 millions fin 2019. Sa perte cumulée atteignait 50,7 millions d’euros.

En début d’année, elle a déjà levé 25 millions d’euros via une augmentation de capital qui a permis de faire entrer un nouvel actionnaire, le groupe américain ResMed Inc coté à New York. Tout comme Nyxoah, mais à une autre échelle, ResMed occupe aussi le créneau de la lutte contre l’apnée du sommeil avec un chiffre d’affaires de 2,6 milliards de dollars. Depuis sa création en 2009, la medtech a levé un total de près de 79 millions d’euros.

Actionnaires

Les principaux actionnaires de Nyxoah sont un spécialiste des implants pour malentendants Cochlear Investment (21,46%), Together Partnership (détenu majoritairement par Anneliese Monden) à hauteur de 13,9%, le fondateur de la société Robert Taub (15,51%), Gilde Healthcare (18,18%), Jurgen Hambrecht (5,72%) et ResMed (4,44%). Avec la souscription publique lancée ce mercredi leurs positions seront diluées. En fonction de différents paramètres, le flottant (part non détenue en mains fermes) sera compris entre 10,3% et 15,3%

Bien entendu, ce prospectus détaille également en long et en large, comme il se doit, les activités de Nyxoah et le système Genio: son fonctionnement, sa fabrication, les essais cliniques, la concurrence, la stratégie de commercialisation, les contrats,…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés