Publicité

"La puissance de feu d’UCB pèse entre 3 et 3,5 milliards d’euros"

Depuis le début de l'année, l'action UCB a grimpé de 16%. ©UCB

Fin de l'année, UCB disposera d'un maximum de 3,5 milliards d'euros pour réaliser des acquisitions estime Berenberg qui conseille un achat de la valeur.

Ces deux derniers jours, le titre UCB a été mis sous pression perdant 2,1% hier et 3,3% lundi. Et ce mercredi matin, le revoilà parti à la hausse avec un gain de 3% en début de séance.

Pas de mystère à ce changement de cap. Berenberg a rejoint la cohorte des 24 brokers qui suivent le groupe pharmaceutique belge. Et comme 18 d’entre eux, il conseille un achat de la valeur. Son objectif de cours fixé à 124 euros se situe bien au-dessus du target moyen de 112 euros mais une coudée en dessous de celui de JP Morgan, le plus enthousiaste entre tous, qui vise un cours de 150 euros. Depuis le début de l’année, le titre a grimpé de 16%.

L’attrait exercé par UCB sur les analystes de Berenberg peut se résumer en trois points à la lecture de leur note.

"Multi- blockbuster"

Primo, le Bimzelx, nom commercial du bimekizumab, affiche un potentiel de "multi- blockbuster" (un blockbuster est un médicament dont les ventes dépassent le milliard de dollars, Ndlr). "Nous pensons que Bimzelx sera capable de capturer une part de marché significative et d'atteindre un pic de ventes de 1,6 milliard d'euros dans son indication contre le psoriasis" soulignent-ils.

"Nous pensons que Bimzelx sera capable de capturer une part de marché significative et d'atteindre un pic de ventes de 1,6 milliard d'euros dans son indication contre le psoriasis".
Berenberg

Cette molécule est également dans des phases III pour le traitement du rhumatisme psoriasique et de la spondylarthrite axiale avec des résultats attendus avant la fin de l’année. S’ils sont positifs, Berenberg entrevoit des ventes supplémentaires à hauteur de 900 millions d’euros.

Maladies rares

Secundo, pour le broker, la valeur du pipeline d'UCB visant les maladies rares est hautement sous-estimée. Il le valorise, pour sa part, à 15 euros par action. "UCB communiquera les données de phase III pour le zilucoplan (fin 2021) et pour le rozanolixizumab (premier semestre 2022) dans la myasthénie qui, s'ils sont positifs, pourraient entraîner une une nouvelle hausse (de l’action, Ndlr)". Il anticipe un pic des ventes de 1,1 milliard d’euros pour le premier et de 650 millions pour le second.

Force de frappe

Enfin, UCB dispose d’une réserve de liquidité croissante pour acquérir des actifs externes. Fin 2021, Berenberg estime que la puissance de feu d’UCB se situera entre 3 et 3,5 milliards d’euros en matière de fusions et acquisitions. "Le groupe devenant net cash fin 2022, nous pensons qu’il bénéficiera d’une grande capacité d’innovation externe. " UCB pèse actuellement 19,5 milliards d'euros en bourse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés