La spin-off de l'ULiège RevaTis lève un million d'euros

RevaTis entreprend deux études cliniques chez le cheval. ©Belgaimage

La petite biotech liégeoise dédiée à la médecine régénérative vise à la fois les marchés de la médecine humaine et animale.

La spin-off de l'ULiège dédiée à la médecine régénérative, RevaTis, annonce vendredi une levée de fonds d'un million d'euros "destinée à renforcer l'équipe, à mettre en place une production de cellules souches destinées à la R&D et à intensifier les synergies avec d'autres acteurs en Wallonie et à l'international", selon son CEO, Didier Serteyn.

En médecine vétérinaire, RevaTis développe sa technologie chez le cheval et les animaux de compagnie et entreprend deux études cliniques chez le cheval, l'une approuvée par l'Agence fédérale du médicament sur les tendinites et l'autre en cours d'évaluation sur l'arthrose.

Une collaboration avec Orgenesis

En médecine humaine, la spin-off va produire des cellules souches pour les différents projets de R&D réalisés en coopération avec d'autres entreprises ou avec des centres de recherche renommés, précise-t-elle. Les applications cliniques humaines sont développées par ailleurs dans le cadre d’une collaboration avec Orgenesis, une biotech israélo-américaine cotée au Nasdaq qui a décidé de développer sa présence dans la région liégeoise. Pour rappel, Orgenesis est l'ancienne maison mère de l'ex-MaSTherCell, rachetée au début de l'année par l'américain Catalent et rebaptisée Catalent Gosselies.

Créée en 2013, RevaTis occupe aujourd'hui quatre équivalents temps plein ainsi que trois chercheurs de l'Université de Liège à temps partiel. Le fonds d'investissement Noshaq SpinOff, Be Angels, des partenaires privés et les investisseurs historiques ont contribué à cette levée de fonds.

"Nous disposons d’une technologie innovante et brevetée pour obtenir des cellules souches à partir d’une microbiopsie musculaire. (...) La collecte de prélèvements chez des volontaires sains débutera prochainement au CHU de Liège", a précisé dans un communiqué le CEO de la société, Didier Serteyn.

"La collecte de prélèvements chez des volontaires sains débutera prochainement au CHU de Liège."
Didier Serteyn
CEO de RevaTis

RevaTis possède une technologie disruptive dans les cellules souches qui offre de nombreuses perspectives de traitement à la fois dans le domaine de la santé humaine et animale. Les collaborations avec des acteurs majeurs du secteur confirment le potentiel en médecine régénérative", a ajouté de son côté Gaëtan Servais, le CEO de Noshaq.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés