La Wallonie octroie 15 millions à iTeos

©Anthony Dehez

La biotech de Gosselies spécialisée dans l’immuno-oncologie a reçu un total de 15 millions d’euros de la Région wallonne en financement non dilutif pour soutenir le développement de ses deux programmes de traitements anticancéreux les plus avancés.

Un nouvel apport d’argent frais pour iTeos Therapeutics: la biotech de Gosselies spécialisée dans l’immuno-oncologie a reçu un total de 15 millions d’euros de la Région wallonne en financement non dilutif pour soutenir le développement de ses deux programmes de traitements anticancéreux les plus avancés.

Le montant total de ces fonds -des avances récupérables - est impressionnant. La société carolo est habituée à voir les choses en grand quand il s’agit de financements: iTeos avait signé en juin 2018 une levée de fonds de 64 millions d’euros, l’une des plus importantes de l’histoire du secteur biotech en Wallonie.

La société carolo est habituée à voir les choses en grand quand il s’agit de financements.

La majeure partie des avances (11,5 millions d’euros) a été octroyée pour faire progresser une molécule (appelée EOS100850) qui fait déjà actuellement l’objet en monothérapie d’une étude clinique de phase 1 avec des patients atteints de différentes tumeurs solides.

Cette molécule s’attaque aux mécanismes que les tumeurs mettent en place pour échapper au système immunitaire, que celui-ci soit boosté par des médicaments (dans le cas d’une immunothérapie) ou qu’il s’agisse de la réponse normale face à différents types d’agressions. Ces mécanismes limitent actuellement les traitements en immuno-oncologie à des niveaux de réponse qui vont de 10 à 50%, en fonction du type de tumeur et du patient.

Traitements combinés

Les résultats de cette étude, qui est menée notamment dans différents centres en Belgique, doivent être publiés dans environ six mois. Elle va être complétée par une deuxième étude clinique qui sera menée en complément avec un traitement anti-cancer déjà utilisé.

iTeos a en effet annoncé en décembre 2019 avoir conclu un accord avec le groupe américain Merck (également connu sous l’acronyme MSD en dehors des USA) pour évaluer l’innocuité et l’efficacité de son produit phare en combinaison avec le traitement d’immunothérapie Keytruda. Comme pour d’autres pathologies, combiner deux médicaments permet d’augmenter l’efficacité des traitements anticancers respectifs.

Une position solide

Le solde du financement de la Région wallon doit soutenir un autre essai clinique pour un deuxième produit d’iTeos, un anticorps qui cible un antigène spécifique. Cette étude doit débuter en Belgique en février. Elle sera également doublée d’une étude aux USA, iTeos ayant reçu l’accord de la FDA, l’autorité réglementaire américaine, pour commencer des essais en association avec un autre traitement.

64
millions
Avec les 64 millions d’euros levés en 2018, iTeos dispose toujours d’une position de cash très solide.

Avec les 64 millions d’euros levés en 2018, iTeos, qui est installée au Biopark de Gosselies, dispose toujours d’une position de cash très solide. La biotech a attiré plusieurs gros investisseurs internationaux, américains, suisses et chinois. Les partenaires historiques (la SRIW, la SFPI, Fund + et Vives Louvain Technology Fund) avaient également participé.

Cette levée de fonds a permis l’engagement de plusieurs pointures du secteur biopharma international et la création d’un bureau outre-Atlantique, où réside le CEO Michel Detheux.

L’argent collecté et le déménagement du patron outre-Atlantique ont permis à ce dernier d’augmenter la visibilité de la société et de se montrer ambitieux pour la stratégie clinique. Spin-off de l’UCLouvain et de l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer, iTeos se profile désormais comme un acteur de classe mondiale en immuno-oncologie.

Toute la recherche et les développements préclinique et clinique sont restés à Gosselies, où travaillent actuellement une quarantaine de personnes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect