Le BioPark de Gosselies va doubler ses capacités d'accueil

Le BioPark sera bientôt doté d'un nouvel immeuble emblématique. ©Photo News

Trois nouveaux bâtiments vont être mis en service d'ici à 2024 au sein du pôle carolo des sciences du vivant. Objectif: multiplier par deux en dix ans les 3.000 emplois actuels.

Déjà considéré comme l'une des plus belles réussites économiques de ces deux dernières décennies en Wallonie, le BioPark de Gosselies s'apprête à franchir une nouvelle étape dans les années qui viennent, avec la construction de nouveaux immeubles destinés à former un véritable campus.

Un doublement

D'ici à 2024, trois nouveaux bâtiments offrant une capacité cumulée de près de 30.000 m2 vont être édifiés. Ceux-ci permettront de doubler la capacité d'accueil du pôle carolo des sciences du vivant, qui a été porté sur les fonts baptismaux en 1999. Depuis lors, le BioPark a bien grandi: il regroupe aujourd'hui 85 acteurs dans les domaines de la biotechnologie et de la biopharmacie. Soit au total près de 3.000 emplois répartis sur le site de Gosselies et quelques autres implantations dans la région.

Un chiffre qui devrait doubler en dix ans, tant l'essor du secteur se confirme, se réjouit Florence Bosco, la directrice du BioPark, qui rappelle que 150 postes sont en permanence ouverts au sein du pôle. Ces deux dernières années, l'empreinte industrielle du BioPark s'est accrue considérablement, avec l'extension des capacités de production dans le domaine des thérapies géniques et cellulaires, qui représentent 20% des capacités européennes dans ce secteur.

150
postes
Quelque 150 postes sont en permanence ouverts au BioPark.

Cette nouvelle initiative immobilière d’envergure est portée par la Sodevimmo, née d'une association entre l'intercommunale Igretec, le partenaire immobilier historique du BioPark, et la Sofipole, une filiale de la SRIW. Le projet phare est un bâtiment d'une superficie de 24.000 m2, appelé Biotech 5, qui abritera des bureaux, des laboratoires, des espaces de co-working et de services. Cet immeuble, qui sera livré en 2024, deviendra le vaisseau amiral d'un véritable campus à l'américaine qui s'organisera dans ses alentours. Actuellement, le BioPark se caractérise en effet par une absence de structuration de l'espace, admet Renaud Moens, le directeur général d’Igretec et président de la Sodevimmo. "Le BioPark a connu un développement incroyable et même inespéré en deux décennies. Mais cela s'est fait sans plan d'ensemble, de façon éparpillée" indique-t-il.

"Le BioPark a connu un développement incroyable et même inespéré".
Renaud Moens
Directeur général d’Igretec et Président de la Sodevimmo

Un premier locataire s'est déjà manifesté: il s'agit de la future EU Biotech School, le centre de formation consacré aux métiers du monde de la biotech. Ce projet, qui devrait commencer à fonctionner en septembre dans des locaux provisoires, vise à combler le fossé entre éducation et entreprises. Il attend le feu vert de l'UE, qui en financera la création.

Déjà occupés

Le futur campus comprendra deux autres immeubles plus modestes qui seront livrés plus rapidement. Le Biotech 3 (1.200 m2) est en cours d'achèvement et sera mis en service cette année et sera suivi un an plus tard du Biotech 4 (4.000 m2). Selon Nathalie Czerniatynski, directrice de la direction du développement économique, stratégique et territorial d’Igretec, ces deux nouveaux immeubles sont d'ores et déjà "assurés d'être occupés à 100%".

Cinq millions d'euros ont déjà été débloqués par la Région wallonne, qui doit encore apporter 30 millions.

Si le permis pour le Biotech 5 a déjà été octroyé, le financement global de tous ces projets n'est pas encore ficelé. Cinq millions d'euros ont déjà été débloqués par la Région wallonne, qui doit encore apporter 30 millions. Un montant équivalent devra être trouvé auprès de partenaires privés (banques, assurances, investisseurs...) souligne Renaud Moens, qui précise que d'autres moyens pourraient apportés par le cash flow généré par les premiers bâtiments. Vu les perspectives de développement, un "Biotech 6" pourrait même être programmé dans les prochaines années, ajoute encore Nathalie Czerniatynski. "Il s'agirait d'une copie du biotech 5. Nous sommes prêts à le lancer du jour au lendemain si besoin".

Le résumé

  • D'ici à 2024, trois nouveaux bâtiments offrant une capacité cumulée de près de 30.000 m2 vont être édifiés au sein du BioPark de Gosselies. .
  • Avec ces nouveaux immeubles va être créé au sein du site biotech carolo un véritable campus à l'américaine.
  • Ces nouvelles capacités, qui pourraient encore être augmentées, doivent permettre de soutenir le doublement de l'emploi attendu dans les dix ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés