Le bureau d'ingénierie Ekium, rouage essentiel dans la biotech belge

Sébastien Vercruysse, directeur général d’Ekium Belgique, voit dans la biotechnologie des défis intéressants pour ses ingénieurs. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Le développement des secteurs de la pharmacie et des sciences du vivant a fait éclore de nouveaux acteurs spécialisés, comme le bureau d'ingénierie Ekium Belgique.

La formidable expansion des secteurs de la pharmacie et des sciences du vivant en Belgique ne s'arrête pas à une croissance continue de l'emploi dans ces entreprises. Derrière, ce sont des milliers de postes qui sont indirectement générés dans la construction et la maintenance des installations, la logistique ou les technologies de support, où l'on voit apparaître de nouveaux protagonistes.

Ekium Belgium s’est vu confier le nouveau bâtiment de l'Institut national des radioéléments (IRE), qui va accueillir un cyclotron d'IBA.

Peu connu du grand public, Ekium Belgium est ainsi devenu ces dernières années un acteur important dans le développement de la biotechnologie en Wallonie. Cette société d’ingénierie a en effet à son palmarès la conception d’installations complexes pour plusieurs grands noms de la pharmacie et de la biotechnologie en Belgique, dont GSK, UCB, Takeda, Zoetis, Orgenesis ou encore MaSTherCell et Univercells. Une longue liste qui comprend aussi des établissements hospitaliers. Plus récemment, l’entreprise s’est vu confier des projets en médecine nucléaire, avec notamment le nouveau bâtiment de l'Institut national des radioéléments (IRE), qui va accueillir un cyclotron d'IBA.

L’entreprise, née à Anderlecht puis passée par le Biopark de Gosselies avant d’atterrir dans le zoning de Jumet, a déjà plus de trente ans. Elle a été créée en 1990 sous le nom d'Air Consult Engineering (ACE). Positionnée à ses débuts dans le tertiaire, notamment pour les systèmes d’air conditionné, ACE a été rachetée en 2003 par Badrig Baghdikian, un responsable technique actif dans l’industrie pharmaceutique, qui l’a réorientée vers ce secteur très dynamique. Un créneau qui intéressait beaucoup le spécialiste français des métiers de l’ingénierie et de l’automation Ekium. Ce dernier a acquis la société en 2018, ce qui lui a permis de renforcer son offre de services liés aux sciences du vivant et de prendre pied sur le marché belge.

Des pharmacies hospitalières

"Nous concevons les environnements contrôlés, les salles blanches, les pharmacies hospitalières, des laboratoires ou encore des animaleries. Tout environnement qui réclame une expertise et des compétences métier pointues", détaille Sébastien Vercruysse, le directeur général d’Ekium Belgique. "Nous cherchons prioritairement à rester dans notre cœur de métier, là où notre organisation peut offrir de la valeur ajoutée en mettant à disposition de projets des compétences et une expertise spécifiques. Ce domaine reste pointu et est très apprécié de nos ingénieurs."

"On était avant sur des études de 1 à 6 ou 7 millions. Aujourd’hui, on travaille sur des laboratoires entiers."
Sébastien Vercruysse
Directeur général d’Ekium Belgique

Si Ekium Belgium s’est fait historiquement un nom dans la pharma traditionnelle et les établissements hospitaliers, elle a étoffé son offre à l'occasion du boom des sciences du vivant en Wallonie. Un secteur régi par les normes européennes GMP, qui attestent du respect des bonnes pratiques de fabrication des médicaments. "Nous proposons un service que nous appelons 'définition de projets', qui consiste à accompagner les biotechs en phase d’expansion. Celles-ci vont avoir besoin d’infrastructures GMP, mais n’ont pas nécessairement les services d’ingénierie, l’expertise technique ou plus simplement du temps pour réaliser ce genre de projet", ajoute le manager.

Des projets de plus en plus grands

Les projets ont par ailleurs tendance à devenir de plus en plus grands. "On était avant sur des études de 1 à 6 ou 7 millions. Aujourd’hui, on travaille sur des laboratoires entiers", relève encore Sébastien Vercruysse. Enfin, il y a également les bâtiments complets, comme la plateforme de thérapie cellulaire de Gosselies ou le futur cyclotron de l’IRE.

40
collaborateurs
Ekium Belgique emploie plus de quarante collaborateurs. Elle réalise un chiffre d’affaires de 5 millions.

Le marché de l’engineering évolue et Ekium Belgium s’inscrit dans ces changements. "Notre gamme de services est assez large, nous proposons des missions d’expertise, des définitions de projet, des missions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage ou de maîtrise d’œuvre et aujourd’hui des projets type clé en main. Depuis l’intégration dans le groupe Ekium, nous avons aussi lancé l’activité de consulting et allons démarrer une activité automation et 'industry 4.0'. De beaux défis en perspective."

©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Deux années difficiles

L’entreprise emploie plus de quarante collaborateurs. Elle réalise un chiffre d’affaires de 5 millions. Après deux années difficiles, 2020 s’est révélée être un bon cru malgré la crise sanitaire et ses changements de mode de travail. Même si la concurrence commence à se renforcer, portée par l’expansion des biotechs et par les nombreux investissements, la croissance devrait être au rendez-vous. "Localisé au cœur de cet écosystème, nous sommes très sollicités. Nous essayons de répondre à nos clients sans jamais sacrifier la qualité, quitte à renoncer à certaines opportunités", conclut Sébastien Vercruysse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés