"Le potentiel du bimekizumab d'UCB est lourdement sous-estimé par le marché"

©AFP

C’est l’avis de Kepler Chevreux dont les anticipations de ventes en 2024 de ce candidat médicament d’UCB sont trois fois supérieures à celles du consensus des analystes.

C’est une étape importante que vient de franchir UCB avec le bimekizumab son candidat médicament qui vise, entre autres, à soigner le psoriasis chronique chez les adultes. En bourse, le titre s’adjugeait près de 4% en fin de matinée à 69 euros.

Trois essais cliniques de phase III sont actuellement menés pour tester l’efficacité de ce produit face à d’autres traitements déjà commercialisés par la concurrence et face à un placebo.

Pas vraiment une surprise

Les résultats du premier essai baptisé BE VIVID viennent de tomber et ils sont encourageants. Mené auprès de 570 patients, il teste la molécule d’UCB face au Stelara vendu par Johnson & Johnson. Après 16 semaines de traitement sur un total de 52 semaines, il a répondu aux critères principaux d’évaluation à savoir une amélioration de 90% d’un indice de référence d’évaluation de la maladie. Il s’est également révélé supérieur au Stelara et au placebo.

Les détails des résultats de la phase III BE VIVID seront déterminants.
David Evans
Analyste chez Kepler Cheuvreux

Toutefois, comme le note Degroof Petercam, la surperformance du bimekizumab face au Stelara était quelque chose d’attendu. Mais il faudra patienter jusqu'au premier trimestre de l’an prochain pour découvrir les résultats détaillés de cet essai clinique.

On attend encore, d’ici la fin de l’année, les premières conclusions des deux autres études en cours: l’une portant sur la comparaison avec l’Humira (BE SURE) et l’autre testant la molécule face à un placebo (BE READY).

Pic potentiel de 1,88 milliard d'euros

"Nous pensons qu’UCB publiera des informations similaires pour ces deux essais dans les prochaines semaines créant ainsi un nouvel élan pour le bimekizumab", écrit l’analyste de Degroof Petercam. Il a décidé d’attendre les résultats détaillés de la première phase III pour augmenter les chances de succès de ce produit évaluées actuellement à 75%. Sa recommandation sur UCB reste à "acheter" avec un objectif de cours de 71 euros.

Chez Kepler Chevreux, on attend aussi plus de précisions sur les résultats de BE VIVID. "Les détails seront déterminants", insiste-t-on. Pour le broker, le potentiel du bimekizumab, qui est actuellement testé dans d’autres affections comme l’arthrite psoriasique et la spondylarthrite ankylosante, semble fortement sous-estimé par le consensus des analystes.

Il table sur un pic potentiel des ventes de 1,88 milliard d’euros ce qui représente 17 euros dans sa valorisation de l'action ("acheter"; 85 euros). Ses anticipations de ventes pour 2024 sont trois fois supérieures à celles formulés par le consensus (230 millions d’euros).

KBC Securities ("acheter"; 86 euros) souligne, pour sa part, que si, d’ici la fin de l’année, les trois phases III s’avèrent positives, le groupe pharma pourra préparer les dossiers de commercialisation pour les autorités de régulation en Europe et aux États-Unis l’année prochaine. Les analystes maison évaluent le pic des ventes potentiel pour ce candidat médicament à un milliard d’euros avec une probabilité de succès de 65%.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect