Le "trailer" d'IBA séduit, mais les analystes restent prudents

La trésorerie nette d'IBA atteint 65 millions d'euros. ©UZ Leuven

L'action IBA a bondi en bourse ce jeudi dans la foulée d'un communiqué de la société évoquant des résultats solides pour 2020.

De façon totalement inattendue, IBA a ouvert le bal des résultats annuels des sociétés belges cotées en donnant un bref aperçu de son bilan de l’an dernier. Le message tient en une phrase: la société présentera des résultats solides avec un Rebit et un résultat net positifs pour l’année 2020.

Le deal conclu en plein été avec le groupe chinois CGN Nuclear Technology Development (CGNNT) n’y est pas pour rien. Il porte sur 100 millions d’euros dont la moitié a déjà été encaissée.

Target relevé

"Le fort impact positif de l’accord CGNNT sur les finances d’IBA est évident dans la mesure ou peu ou pas de coûts y sont associés", souligne Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities ("conserver"). "Nous avions déjà anticipé le fait qu'une grande partie des 50 millions d'euros reçus irait directement au résultat net, impactant fortement les marges." L’analyste, qui a majoré d’un euro son objectif de cours, à 12 euros, souligne, par ailleurs, que l’offre diversifiée du groupe a soutenu sa résilience en 2020 alors que le marché de la protonthérapie ralentissait.

"Nous sommes plus prudents sur les perspectives à moyen terme du marché de la protonthérapie."
Thomas Guillot
Analyste chez Degroof Petercam

Ainsi, la division "autres accélérateurs" a totalisé 17 systèmes en commande. La plupart des commandes, une douzaine, ont été signées au cours du second semestre. De son côté, le pôle "dosimétrie" a également bien résisté, assure IBA, ne subissant que légèrement l’impact négatif de la crise sanitaire. Son carnet de commandes est 10% supérieur à celui de 2019. La position de trésorerie nette de la société s'élève, quant à elle, à 65 millions d'euros.

Marché ralenti?

Pour revenir à la protonthérapie, le groupe néo-louvaniste signale également qu’il a signé récemment un contrat pour une solution Proteus ONE en Corée et qu’il en négocie un autre, en Chine, pour un Proteus PLUS.

65 millions
euros
La position de trésorerie nette d'IBA s'élève à 65 millions d'euros.

Tout comme son homologue de KBC, Thomas Guillot de Degroof Petercam se montre circonspect quant à l’évolution de ce marché. "Nous sommes plus prudents sur les perspectives à moyen terme du marché de la protonthérapie. Nous prévoyons (en dehors de la Chine) nettement moins de demandes car les hôpitaux vont faire face à des contraintes budgétaires". Il attend de voir l’évolution des marges brutes et de la conversion du carnet de commandes pour ajuster sa vision sur le potentiel à moyen terme.

Lenny Van Steenhuyse ajoute que l’évolution des prix continuera d’être un facteur clé à tenir à l’œil en 2021, les concurrents ayant tenté de gagner des parts de marché en les compressant.

L’action a bondi de près de 10% après cette mise en bouche alors que, comme le note David Vagman d’ING ("vendre"; 15 euros), elle avait déjà grimpé de 20% depuis le début de l’année. IBA publiera ses résultats complets le 25 mars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés