Les 4.200 pharmaciens s'allient pour répondre à l'e-pharmacie

©BELGAIMAGE

Les pharmaciens indépendants et leurs organisations professionnelles ont mis sur pied la coopérative Pharmacy OnLine (POL). L’objectif est à la fois de répondre au défi concurrentiel posé par les sites d’e-pharmacie et d’assurer une accessibilité maximale de leurs officines à tous les patients.

Le secteur de la pharmacie n’échappe pas à la vague de la numérisation. Sur internet, des sites d’e-pharmacies proposent à la vente des produits parapharmaceutiques ainsi que des médicaments non soumis à prescription médicale. Face à cette tendance, les pharmaciens d’officine se sentent en porte-à-faux. "Même si elles soutiennent le contraire, le niveau qualitatif de ces pharmacies en ligne est déficient, affirme Alain Chassepierre, le porte-parole de l’Association pharmaceutique belge (APB). Des études ont notamment montré qu’il y manque un contrôle sur la fourniture des produits."

"Notre système garantit la qualité du produit et celle du service."
Alain Chassepierre
Porte-parole de l'APB

Toutefois, il en convient lui-même, les pharmaciens "physiques" ne pouvaient plus rester sans réagir. Les différentes organisations professionnelles du secteur (les trois régionales et l’APB, qui est fédérale, ainsi que la mutuelle d’assurance pour pharmaciens Curalia) viennent de donner leur réponse en créant la société coopérative Pharmacy OnLine (POL). Une société commune qui va développer tout un écosystème d’applications et de sites internet destinés aux pharmaciens d’officine.

Accessibilité garantie

Cette initiative permettra également au secteur de répondre positivement à une demande formulée à leur encontre par la ministre de la Santé publique Maggie De Block lors de la négociation du "cadre pluriannuel pour le patient avec les pharmaciens d’officine". Signé en mars dernier, cet accord a débouché, entre autres, sur la nouvelle notion de "pharmacien de référence", qui assurera désormais le suivi personnalisé des patients chroniques. Dans ce contexte, la ministre fédérale avait demandé au secteur d’améliorer son accessibilité, afin d’assurer que toute personne en incapacité physique ait bien accès aux médicaments. Le service qu’offrira POL résoudra cette question.

Concrètement, POL va proposer aux 4.237 pharmaciens indépendants membres de ses organisations fondatrices d’adhérer à un système en ligne à trois niveaux.

1- Au premier niveau, le pharmacien participant disposera de son site propre mais se contentera d’y échanger des informations sans effectuer de transactions;
2- Au deuxième, il pourra recevoir les commandes des clients pour des produits parapharmaceutiques ou des médicaments sans prescription, il encodera à chaque fois les données dans le dossier pharmaceutique du patient, et il pourra aussi, lorsqu’il aura affaire à des patients connus de lui, recevoir leurs réservations de médicaments avec prescription en vue de les préparer et, éventuellement, de les leur livrer à domicile;
3- Au troisième, il pourra en outre bénéficier d’une intégration complète, avec logiciel officinal, ce qui devrait lui faciliter le travail.

Ajoutons qu’au-dessus de tout cela existe déjà le site mère pharmacie.be, géré par l’APB et accessible à tous les pharmaciens ainsi qu’aux patients en quête d’adresses ou de liens.

Lancement en étapes au cours des prochains mois

"Notre système garantit la qualité du produit et celle du service", souligne Alain Chassepierre qui ajoute qu’il est important que chaque patient sache que son pharmacien se trouve, pour ainsi dire, de l’autre côté de l’écran.

Le système est actuellement en phase de développement. La coopérative POL a été portée sur les fonts baptismaux le 23 octobre dernier. Les différents organisations professionnelles fondatrices siègent à son conseil d’administration et un gérant a été nommé ad intérim, le temps de recruter la bonne personne. Elle sous-traite la mise au point du système auprès d’un développeur. Le lancement du premier niveau de services devrait se faire cette année encore. Celui du deuxième niveau est prévu pour le début de l’an prochain, tandis que le service entièrement intégré sera disponible "dans le courant de 2018".

L’ensemble sera financé par les pharmaciens eux-mêmes: ceux qui s’inscriront auprès de la coopérative s’acquitteront d’une redevance, qui sera fonction du niveau de service souhaité. "Il n’y a aucune intervention financière extérieure, précise le porte-parole. Chaque pharmacien gardera sa liberté."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect